Breaking news

RDC : Après 2 jours de protestation, les vendeuses du port de l’Onatra ont repris leurs activités au marché Inflammable

Mardi 10 septembre 2019 - 19:22
Catégorie
RDC : après 2 jours de protestation, les vendeuses du port de l’Onatra ont repris leurs activités dans le marché Inflammable

Les vendeuses de poissons du marché de la Société Congolaise des transports et des ports (SCTP ex-Onatra) ont repris leurs activités, ce mardi 10 septembre. Après la marche de deux jours, une délégation de 5 femmes a été reçue par le vice-gouverneur de Kinshasa.

RDC : après 2 jours de protestation, les vendeuses du port de l’Onatra ont repris leurs activités dans le marché Inflammable

Adéline Booto, chef de pavillon du marché, qui a fait partie de la délégation donne le compte rendu de la rencontre avec le vice-gouverneur. “Nous avons rencontré le vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, hier lundi à l'Hôtel de Ville. Nous avons également rencontré le ministre provincial Dolly Makambo. Ils ont écouté nos plaintes et le ministre a ordonné que nous reprenions nos activités. C’est ainsi que, ce matin, nous ne sommes pas aussi nombreuses que d’habitude mais nous sommes heureuses de voir que les autorités de la ville nous ont rétabli dans nos droits.

Jacquie Ininza, vend des poissons fumés. Pour elle, il s’agit d’une tentative de spoliation du port qui n’a pas abouti. “ Depuis mercredi, on nous a interdit l’accès au marché Inflammable. Monsieur Martin Lukusa de la SCTP avait installé des policiers à l'intérieur du marché pour nous empêcher d’y accéder. Il avait même négocié avec une société chinoise. Des briques et du sable étaient destinés à la construction d’un mur de clôture. Nous avons pris l’option de descendre dans la rue pour protester contre la spoliation de cet espace. Nos revendications ont payé,” confie-t-elle, appuyée par d’autres femmes.

RDC : après 2 jours de protestation, les vendeuses du port de l’Onatra ont repris leurs activités dans le marché Inflammable

A l’intérieur du marché, les femmes exposent leurs marchandises à même le sol. Lyly Moda, vendeuse des poissons salés, plaide pour la modernisation du marché.  “ Nous remercions les autorités de la ville de nous avoir été favorables. Nous sommes environ 4.000 femmes à vendre dans ce marché du port. Tous les ports qui nous entourent appartiennent à des sociétés privées. Maintenant que nous sommes rétablies, nous demandons la construction d’un marché moderne. Tous nos produits viennent de l’Equateur et nous sommes le seul marché qui livre des productions de cette province à Kinshasa. Cependant, nous sommes obligées de mettre ces produits sur des bâches pour vendre. Nous sommes également exposées aux intempéries,” explique Mme Moda.

Pour rappel, près de 200 femmes du marché Inflammable du port de l’ex-Onatra avaient marché, samedi 8 septembre, de ce lieu au nouveau bâtiment de l'Hôtel de Ville. Lundi 9 septembre, elles ont été reçues par les autorités administratives de Kinshasa. 

Prisca Lokale