Breaking news

RDC-Beni : « Le changement à la tête de Sukola 1, c'est pour donner un nouveau souffle à la lutte contre les ADF » (Général S. Ekenge)

Jeudi 29 août 2019 - 11:47
Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

L’armée a expliqué la raison du changement opéré à la tête du commandement Sokol 1 qui traque les combattants d’Allied democratic forces dans la région de Beni (Nord-Kivu). En effet, le général de brigade Nduru Jacques a officiellement pris la commande de l’opération en remplacement du général-major Marcel Mbangu Mashita qui a passé quatre ans aux commandes.

« Le commandant suprême a décidé qu’on puisse changer les animateurs des structures militaires qui sont à la troisième zone de défense. Cela se fera un peu partout (…). C’est pour donner un souffle nouveau aux opérations de pacification dans cette partie du pays. Les forces armées sont décidées, sur instruction du commandant suprême à restaurer la paix dans cette partie », a dit à la presse le général Sylvain Ekenge, adjoint au porte-parole de l’armée.

C’est le quantième commandement successivement après le général Lucien Bahuma, le général Muhindo Akili et le général Marcel Mbangu. C’est le général-major Sikabwe Fall, commandant de la troisième zone de défense qui a supervisé la passation de l’étendard en présence du lieutenant-général Célestin Mbala, chef d’Etat-major général des FARDC.

Les combattants ADF sont accusés des massacres des milliers de civils depuis cinq ans à Beni. Le général Ekenge a ajouté que la traque de la rébellion de l’ADF sera renforcée. 

« Lorsqu’un serpent ou un lion veut attaquer, il ne dira pas quand est-ce qu’il va attaquer. Nous sommes en permanence en opération. Nous allons renforcer ces opérations. Vous verrez, le moment venu, ce que nous allons faire », a-t-il précisé.

Un rapport rendu public le 14 août dernier par Human Rights Watch et le Groupe d’étude sur le Congo présente la région de Beni comme « épicentre » des violences, en raison de l’activisme des combattants ADF. Selon le document, 31% de 1900 personnes tuées entre juin 2017 et juin 2019, dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu ont été perpétrés dans la région de Beni.

Yassin Kombi