Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Les hommes armés ont mené une attaque dimanche 21 juillet au village Nyaranyara, en chefferie de Mambisa, dans le territoire de Djugu (Ituri). Six personnes ont été tuées et cinq autres grièvement blessées. Ces dernières sont prises en charge.

« Ces inciviques ont tué 6 personnes et blessé 5 autres. Les habitants de ce village ont fui dans les villages sécurisés et ceux qui sont restés vivent dans une psychose. Nous sollicitons l'implication de l'État congolais, il faut augmenter l'effectif de militaires ici », a dit à ACTUALITE.CD Henry Juga, chef de la chefferie de Mambisa.

L’armée n'a pas encore confirmé la nouvelle. Mais elle affirmait que 19 miliciens et 4 militaires (FARDC) ont été tués dans les combats qui se sont déroulés, de mercredi à vendredi derniers, à Djalo.

Contexte

Les violences armées ont resurgi en avril dernier dans le territoire de Djugu. L’armée a identifié un certain « Ngudjolo » comme le chef de la milice dont les hommes opèrent dans plusieurs localités et dans la chefferie de Mokambo, en territoire de Mahagi. 

Mgr Dieudonné Uringi, évêque du diocèse de Bunia, a dénoncé aussi l’existence d’une secte mystico-religieux dénommée CODECO, qui encourage les violences ayant déjà fait plus d’une centaine de morts dans le territoire de Djugu. L’armée a annoncé, dimanche, avoir démantelé ce groupe armé après les offensives menées depuis le 27 juin pour la conquête du bastion des miliciens situé dans la forêt Wago dans le cadre de l’opération « Zaruba ya Ituri (Ndlr : la tempête de l’Ituri) ». 

Le territoire de Djugu avait déjà été secoué par des violences meurtrières en 2017 et 2018. Plus de 200 civils ont été tués, des villages entiers incendiés et plus de 2000 personnes avaient traversé le lac Albert pour vivre en Ouganda. Des centaines de déplacés internes, arrivés à Bunia, étaient installés autour de l’hôpital général. Cette année, le HCR a dénombré plus de 300 000 personnes qui ont fui les violences, depuis début juin, dans les territoires de Djugu et Mahagi.

Franck Asante