Breaking news

“J’ai mis en place une bourse pour inciter les jeunes congolaises à s’intéresser aux métiers scientifiques” (Sandrine Mubenga)

Lundi 11 mars 2019 - 19:45
Sandrine Mubenga. Ingénieur et professeur d'université à Toledo aux USA.

Ingénieur et professeur à l’université de Toledo, dans l’Ohio (USA), Sandrine Mubenga fait partie des rares femmes congolaises à exceller dans le domaine des sciences. Après avoir inventé un système de moteur à hydrogène pour voiture, aujourd’hui elle se lance dans les énergies renouvelables avec une découverte qui va certainement révolutionner le monde. Entretien.

Sandrine Mubenga, bonjour et surtout merci de nous accorder cet entretien. Pour celles qui ne vous connaissent pas, comment vous présenteriez-vous?

Je m’appelle  Ngalula Sandrine Mubenga. En 2018, j’ai été élue Ingénieure de l’année par l’Institut des Ingénieurs en Electronique et Electricité (IEEE)-Toledo, dans l’Ohio, aux USA. Je suis fondatrice et CEO de SMIN Power Group, ( www.sminpowergroup.com), une compagnie qui conçoit et installe des systèmes photovoltaïques en République Démocratique du Congo (RDC). Je suis également professeure d’Université aux USA, tout précisément à l’Université de Toledo, dans le Département d’Electrical Engineering Technology. J’y enseigne le Network Analysis, Digital Logic Fundamentals et Digital Logic Design .

Vous n’êtes pas sans ignorer que le domaine scientifique n’est pas toujours l’apanage des jeunes filles dans nos pays. Comment expliquez-vous cela ?

 Je suis parmi les rares femmes congolaises - si pas la seule - professeur, ingénieur professionnel et docteur en génie électrique dans une université aux USA. Le fait qu’il y ait peu de femmes dans ce domaine scientifique m’a poussé à créer STEM DRC Initiative   ( www.stemdrc.com) pour promouvoir les Science Technology Engineering and Math  (STEM) en RDC et dans le monde. J’invite les jeunes filles à poursuivre une carrière dans les STEM, et cela se prépare déjà dès l’école primaire. Récemment j’ai lancé une bourse pour encourager la jeunesse congolaise à poursuivre des études universitaires en STEM. Toutes les infos sur les bourses STEM se trouvent dans notre website www.sminpowergroup.com. Aux Etats-Unis, j’anime de manière volontaire des workshops ou j’apprends aux jeunes filles de 12 à 14 ans à construire et à programmer des robots afin de les familiariser au STEM de manière ludique. Ce genre de hands-on activités les intéresse fortement. Voilà le genre de choses que nous pouvons initier en RDC pour les jeunes filles afin de stimuler en elles le goût de poursuivre les sciences.

Parlez-nous de votre cursus universitaire

Mes réalisations peuvent se résumer de la manière suivante : d’abord, lorsque je faisais mon bachelor, j’ai développé un système portable à base de panneaux solaires flexibles pour alimenter les appareils électroniques. Cette création a eu une mention très spéciale lorsque j’ai terminé mon bachelor en génie électrique.C’est à partir de là que j’ai commencé à approfondir davantage mes recherches dans les énergies renouvelables. Ensuite, lors de ma maîtrise, j’ai développé une voiture électrique hybride fonctionnant à partir de l’hydrogène, ainsi qu’une station solaire génératrice d’hydrogène. Cette innovation m’a valu plusieurs prix, y compris the Most Outstanding Thesis pour le Département de Génie électrique de l’Université de Toledo, USA. Cette innovation qui est une voiture électrique à l’hydrogène fut récupérée par le sponsor de nos recherches pour l’étude ainsi que la commercialisation. Enfin, mon gout et ma passion dans les énergies renouvelables, ont explosé lors de mon 3ème cycle (doctorat) en génie électrique avec cette découverte que nous avions développée « le Bilevel equalizer ». Une découverte qui a un brevet (Patent, en anglais). C’est une innovation qui augmente la capacité et la longévité des batteries à l’ion lithium de plus de 30%. Aujourd’hui, cette technologie est unique. Grâce à cette technologie, j’ai remporté le prix « Best Paper Awards » de la « National Aerospace and Electronics Conférence », organisée en 2018 par IEEE. Le cobalt est utilisé dans la fabrication des batteries à l’ion lithium. Comme vous le savez, une technologie comme celle-ci avec la montée du prix du cobalt sur le marché mondial, notre  Bilevel equalizer intéresse beaucoup les industriels des voitures électriques, l’aerospace applications et le système de stockage pour les énergies renouvelables ainsi que pour le gird.

Parlez nous de cette invention, de quelle manière peut-elle bénéficier à la RDC ?

En tant qu’originaire de la RDC, plus grand pays producteur de cobalt, je suis fière de faire partie de cette innovation qui, à ma grande joie, intéresse non seulement le monde international, mais aussi mon pays d’origine. Cette innovation est aussi une opportunité pour le pays de Lumumba. Rater une telle opportunité c’est refuser de marquer l’histoire et donner l’occasion à d’autres nations à continuer à nous asservir. Imaginez la RDC en train de produire les batteries et les véhicules électriques ! C’est possible car il n'y a rien qui nous manque. Je continue donc à approfondir mes recherches pour améliorer cette technologie car je suis convaincue, avec le projet de transformation des minerais en RDC, le cobalt par exemple, que notre solution “Bilevel equalizer” sera incontournable, même dans mon pays.

Propos recueillis par Kudjirakwinja Nabintu  

Catégorie