Illustration/les policiers encadrent une manifestation à Kinshasa.

Les autorités vont évaluer le couvre-feu instauré, mardi 12 février, dans la province de Sankuru après cinq jours, a dit le responsable de la police à Lusambo.

Le couvre-feu a été décrété suite aux affrontements entre les partisans des candidats gouverneurs Lambert Mende et Mukumati Joseph-Stéphane qui ont fait au moins un mort et plusieurs blessés par balles.

« Le couvre-feu concerne toute l’étendue de la province. Nous l’avons instauré pour cinq jours parce qu’on ne sait jamais car il y a encore des blessés graves qui sont à l’hôpital et nous voulons voir leur évolution. Nous avons mis quelques policiers dans des coins parce qu’on a peur que ces gens-là [Ndlr : les partisans de Mende et de Mukumati qui s’affrontent] puissent incendier les maisons parce qu’ils disaient qu’ils allaient le faire la nuit », a dit à ACTUALITE.CD le colonel Adrien Ntambwe, commandant de la police dans la ville de Lusambo.

L’officier n’a cependant pas précisé si le couvre-feu sera levé ou non après l’évaluation. Le civil tombé sous la balle de la police a été enterré ce mercredi. Les activités étaient paralysées dans la journée.

« Les activités étaient timides, c’est un jeune garçon qui était mort. Les mamans, les élèves étaient prudents. Nous sommes allés à l’enterrement, tout s’est passé dans le calme », a ajouté l’officier.

Patrick Maki

 

 

 

Catégorie