Photo ACTUALITE.CD

Au moins 385 pirogues de pêche et de voyage  dont 230 à Yumbi, 68 à Nkolo-yoka et 83 à Bongende, sont perdues suite aux violences à caractère communautaire qui ont touché cette partie de la province de Mai-Ndombe en décembre 2018, révèle un rapport de Caritas-Développement de l’archidiocèse de Mbandaka-Bikoro après une mission d’évaluation effectuée du 30 janvier  au  6 février 2019.

Trois marchés ont été pillés et incendiés dont deux à Yumbi et un à Nkolo-yoka, ajoute la même source. La mission dresse un tableau triste avec par exemple le village Bongende totalement déserté « avec un mouvement  de population résidente  en déplacement à Bolobo, Lukolela  et vers le Congo Brazzaville, précisément à Makotipoko ».

Ces violences ont également eu un impact particulier sur les infrastructures scolaires et sanitaires. Caritas avance un total de vingt écoles détruites (dont 13 à Yumbi et 7 Bongende et Nkolo-yoka), neuf formations sanitaires et pharmacies pillées et incendiées (6 à Yumbi, 1 à Nkolo-yoka et 2 à Bongende). Mêmes les églises n’ont pas été épargnées, trois ont été brûlées. Dans son rapport préliminaire fin janvier, l'ONU rapportait 967 maisons incendiées et parmi des infrastructures touchées, disait la même source, 14 églises, 17 écoles et 5 centres de santé.

Cette situation a causé au moins 800 morts, la mission rapporte également l’utilisation des armes civiles à feu ainsi que des armes militaires.

Le territoire de Yumbi est principalement  composé de deux tribus : Les Tiene (ou Tende) et les Nunu. Les Tende sont majoritaires et sont concentrés dans le secteur de Mongama alors que les Nunu sont localisés dans la cité de Yumbi ainsi que dans quelques villages environnants. Si ces derniers vivent principalement de la pêche parce qu’ils sont riverains, les premiers sont majoritairement cultivateurs et éleveurs. Entre les deux peuples, la cohabitation pacifique a toujours été difficile.

Catégorie