Goma

Une recrudescence de l’insécurité caractérisée notamment par des tueries par arme à feu, est constatée ces derniers jours dans la ville de Goma (Nord-Kivu). Un jeune homme de 30 ans a été tué samedi au quartier Katindo (Commune de Goma), rapporte les notabilités locales.

“En date du 8 septembre 2018, dans le quartier Katindo, derrière « HIFI », un coiffeur de 30 ans, Faustin Mahamba, a été froidement abattu de 6 balles par deux hommes armés devant la porte de sa résidence et a succombé le même jour à l’hôpital CBCA Kyeshero, laissant une veuve et deux enfants de moins de 5 ans”, dénonce des leaders locaux dans une correspondance adressée au maire de la ville dont ils réclament la démission pour “incapacité” à assurer la sécurité de la population.

Lire aussi : Regain d’insécurité à Goma, un défi pour le nouveau maire

“Au quartier Katoyi, sur l’avenue des Techniciens, 17 maisons, y compris celle du chef d’avenue, ont été visitées tard dans la nuit par un groupe d’hommes armés qui ont dévalisés toutes les maisons emportant tout : matelas, téléviseurs, radios, téléphones, argent, chaises, casseroles”, la nuit de samedi, poursuivent-ils, appelant la population à organiser des comités locaux de sécurité “en vue de définir des stratégies pour endiguer l’insécurité en collaboration avec les cadres de base et les services de sécurité”.

Goma enregistre également, depuis près d’une année, des cas d’enlèvements des personnes par un réseau d'inconnus. Un enfant de 2 ans, kidnappé en juin, au quartier Ndosho, a été rendu la semaine dernière à ses parents après 85 jours de captivité, soulignent les notables de Goma.

Lire aussi : Insécurité à Goma : Des bandits opèrent désormais en machette, révèlent les autorités

Goma : La Police met deux numéros verts à la disposition de la population pour lutter contre l’insécurité

Patrick Maki

 

Catégorie