RDC/Mai-Ndombe: six agents des forces de l'ordre et de sécurité tués à Kwamouth, territoire secoué par le conflit communautaire 
Jeudi 11 août 2022 - 14:15
Illustration
FARDC

Trois soldats et trois policiers ont été tués mercredi 10 août au 2022 par des hommes armés au village Ngambomi, dans le territoire de Kwamouth (Mai-Ndombe). Ces membres des forces de l’ordre et de sécurité faisaient partie du renfort dépêché à Kwamouth en proie des violences communautaires opposant les membres des communautés Teke et Yaka, pour y rétablir l’ordre.   

L’information a été rapportée d’abord par le député national Guy Musomo, élu du territoire de Kwamouth.

“Le Gouvernement provincial de Maï ndombe avait envoyé quelques policiers et militaires pour mettre la sécurité ou bien désarmer les assaillants qui sont vers Ngambomi. Les militaires qui sont allés les désarmer ont été pris en étau par ces assaillants. Le bilan est de 3 militaires et 3 policiers tués”, a dit à ACTUALITE.CD le député national Guy Musomo. 

Cette information est confirmée par l’administrateur du territoire de Kwamouth, Crispin Mwadi qui a convoqué une réunion de crise. 

Relire: RDC: des affrontements communautaires font 5 morts à Kwamouth (Mai-Ndombe)

La tension à la base de conflit communautaire dans cette partie du pays ne baisse pas. A ce jour, plusieurs maisons ont été incendiées et des dégâts humains ont été enregistrés depuis le début de la crise il y a près d'un mois. 

“Nous appelons toutes les autorités nationales en commençant par le Président de la République, le Gouvernement surtout le Ministre de l'intérieur avec ses services, à prendre des dispositions utiles pour envoyer des militaires qui sont cantonnés à Maluku afin de prêter mains fortes aux policiers qui sont restés dans ces coins là. Nous les appelons vraiment à faire tout dans un bref délai pour sauver la situation parce que l'heure est très grave”, a plaidé M. Musomo.

Peu après le début de conflit, des hommes armés sont signalés par les protagonistes. Les assaillants avaient même réussi à enlever quelques policiers dépêchés pour restaurer la paix. 

Contexte

La cause de ce conflit au départ a été le désaccord sur les redevances coutumières notamment sur la quantité de tribut à verser aux autorités locales (Teke) par les non originaires (Yaka). Mais ce conflit a changé de tournure. Des informations de ACTUALITE.CD renseignent que les membres de la communauté Teke s'opposent aux non originaires notamment pour avoir installé un chef coutumier en remplacement d'un autochtone Teke et aussi la présence une partie de non originaires armés au village Dumu qui ont pris en otage deux policiers sur les quatre dépêchés pour assurer l'ordre public sur le lieu de conflit. 

Mai-Ndombe a été victime des conflits communautaires fin décembre 2018 dans le territoire de Yumbi. Les violences qui avaient opposé des membres des ethnies Ntende et Nunu avaient causé la mort d'au moins 500 personnes, selon l'ONU.

Jonathan MESA, à Bandundu

 

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une