Début à Kinshasa du procès de présumés violeurs des infirmières de Kisenso
Visuel service infographie/ACTUALITE.CD

Deux suspects dans l’affaire du viol des infirmières au centre de santé et maternité révolution de Kisenso (Kinshasa) ont été arrêtés et présentés par la Police. Le procès en flagrance se tient ce lundi 14 septembre sur le lieu où s’est déroulé les faits. Les enquêtes sont en cours pour identifier d’autres coupables, annoncent les autorités de la police.

Dans la nuit du jeudi à vendredi 11 septembre, environ 50 individus identifiés comme des kuluna, selon les premiers témoignages, ont fait irruption dans ce centre, munis d’armes blanches (manchette, marteaux et autres). Ils ont intimidé les malades ainsi que le personnel de santé parmi lesquels deux jeunes infirmières ont été victimes des violences sexuelles. Des biens de valeur de l'hôpital ont également été emportés.

Dimanche 13 septembre, la ministre d'État en charge du genre, famille et enfant, Béatrice Lomeya, avait rendu visite aux deux infirmières victimes de viols. Après une discussion à huis clos avec les victimes, la ministre s’était dit révoltée et avait promis de conférer avec les ministres en charge de l'intérieur, de la sécurité et la justice pour prendre des dispositions sécuritaires spécifiques au niveau des endroits comme les hôpitaux, les lycées et même les églises.

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une