Est de la RDC: arrestation d'un "jihadiste" recherché au Kenya (armée)
Lundi 31 janvier 2022 - 18:02
Illustration
Les militaires FARDC au cours d'une opération contre les ADF

L'armée congolaise a annoncé lundi à l'AFP avoir arrêté vendredi dans l'est de la République démocratique du Congo un "jihadiste" recherché par le Kenya, visible dans au moins une vidéo de propagande du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) lié au groupe Etat islamique.

"Salim Mohammad Rachid est un jihadiste kényan d'origine omanaise. Il a été capturé à Beni. Sa tête a été mise à prix au Kenya. Il a été appréhendé le 28 janvier 2022", a déclaré à l'AFP le général de brigade Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu (Est).

"Il s'ajoute sur la liste des jihadistes étrangers neutralisés dans la région de Beni, notamment le Jordanien Hytham S.A. Alfar, alias Abou Omar arrêté le 18 octobre 2021, et l’Égyptien Abdel Fatal El Sayed arrêté le 17 novembre 2021. D'autres ont également été neutralisés au combat", a-t-il ajouté.

Ce métis a étudié en Turquie et "été expulsé de ce pays comme membre de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique (EI), NDLR)", a expliqué l'officier. Il a également "combattu en Syrie", "collaboré avec Al Shabaab en Somalie", "été au Mozambique" et "plusieurs fois arrêté, inculpé et jugé au Kenya avant de disparaître", a-t-il ajouté.

Dans au moins une vidéo de propagande du groupe ADF, on le voit superviser l'exécution à la machette d'un militaire congolais, expliquant que l'objectif visé par le groupe ADF était d'installer un califat dans la région de Beni.

Quant aux circonstances de sa capture, l'armée y voit une des conséquences des opérations engagées depuis le 30 novembre par les armées congolaise et ougandaise contre les fiefs des ADF dans la région.

En septembre, un étranger présenté par les autorités congolaises comme un Jordanien formateur des rebelles ADF était arrêté sur un axe routier dangereux de Beni.

Le groupe ADF, le plus meurtrier en RDC, est présenté par l'EI comme sa branche en Afrique centrale (ISCAP). Son chef actuel, Moussa Baluku, a fait une déclaration d'allégeance à cette mouvance jihadiste internationale en 2019.

AFP et ACTUALITE.CD

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une