RDC : la ministre Claudine Ndusi annonce la création d'une commission pour le contrôle des SMIG dans les entreprises sous-traitants du pays
Dimanche 10 octobre 2021 - 12:06
Claudine Ndusi
Claudine Ndusi, ministre de travail et Prévoyance sociale. Ph. Droits tiers.

Arrivée au Sud-Kivu pour  le paiement des prestations sociales du troisième trimestre de l'année 2021, la ministre national du travail et prévoyance sociale Claudine Ndusi a annoncé qu'une commission chargée de contrôler le respect des SMIG dans les entreprises de sous-traitance en République démocratique du Congo sera mise en place.

Cette commission viendra répondre aux doléances des fonctionnaires sous-traitants qui perçoivent des montants variant entre 1,5 et 2 dollars alors que le SMIG prévoit plus de 3 dollars.

" On nous  fait travailler avec un horaire qui n'est pas conforme avec la loi, et puis l'employeur ne respecte pas le SMIG. Il nous avait catégorisé mais dès qu'on a reçu ces catégories, il ne respecte même pas le SMIG. L'exemple pour nous les techniciens qualifiés, au lieu de nous  payer une somme qui varie entre 16000 et 23000 selon les échellons que prévoit le SMIG, lui il nous paie 9.400 franc congolais. A part nous, il y a ceux qui perçoivent 1,5 au lieu de 3 dollars comme le prévoit le SMIG", a dit à ACTUALITE.CD Bulangashane Pyrène, syndicaliste d'une société chinoise à Bukavu.

La ministre Claudine Ndusi  a  reconnu la misère des travailleurs surtout les sous-traitants  et a indiqué que d'ici là, le contrôle sera effectué dans ces entreprises très bientôt.

" J'ai écrit une note circulaire et je crois que si la note circulaire est respectée, il y aura moins de misère des travailleurs dans les entreprises. Mais hélas il y a encore un pas à parcourir par rapport au contrôle qui va être effectué si réellement la réglementation est respectée parce que vous pouvez prendre des mesures mais s'il n'y a pas de contrôle, vous ne savez pas suivre comme il se doit", a dit la ministre Claudine Ndusi.

Plusieurs plaintes sont enregistrées dans les entreprises, les sous-traitants dénoncent le non-respect du SMIG. La ministre Claudine Ndusi a indiqué que les inspecteurs y seront déployés pour s'en rendre-compte.

" Il ne suffit pas d'avoir des circulaires, des lois, des réglementations des agents pour le travail décent mais il faudrait que nous puissions renforcer l'instrument de contrôle qui est l'inspection générale de travail. Nous y travaillons, et ça sera d'ici là  comme le conseil des ministres a déjà autorisé le recrutement des inspecteurs, la formation des inspecteurs de travail dès lors qu'ils seront sur terrain, ils vont nous aider aussi à suivre. Comme vous le savez, le système en RDC, il est déclaratif, donc si les entreprises ne déclarent et ne disent pas la vérité, on ne sait pas combien d'agents il y a dans les entreprises, pour savoir effectivement, il faut que les inspecteurs soient en mouvement, nous y travaillons et nous savons que ça va bien se passer", ajoute Claudine Ndusi.

Profitant de son séjour au Sud-Kivu, Claudine Ndusi a supervisé l'opération de la paie pour le troisième trimestre de l'année les  prestations sociales de plus de 1140 retraités.

Ces derniers ont vu leur pension de retraite  passée de  220 000 FC à 320 000 FC, d'où, une augmentation de 100 000 FC.

Justin Mwamba

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une