Samedi 30 mai 2020 - 17:00

Breaking news

SONAHYDROC : Réplique aux accusations contre le DG Hubert MIYIMI[Tribune]
DR

Certes, on pourrait parler du bon climat social qui règne à la Société Nationale des Hydrocarbures du Congo, SONAHYDROC, sans évoquer sans doute, en toute honnêteté des efforts consentis par la direction générale encadrée par le conseil d’administration très dynamique, pour la bonne marche de l’entreprise.

Malheureusement, beaucoup de malintentionnés et prédateurs ne veulent pas du décollage de SONAHYDROC, en tant qu’une grande entreprise pour le bien être de la population et le développement des activités économiques.

Et parmi ceux-là qui tiennent mordicus à réduire les efforts du comité de gestion et du personnel, il y a un certain Médard SIMBI NGEMBA, qui dans le passé avait déjà félicité ce manager intègre qui a su redressé en deux ans la Société Nationale des Hydrocarbures. Et dont la délégation syndicale Nationale avait même adressé une lettre de félicitations au DG de la SONAHYDROC, quand il venait de payer plus de 105 retraités qui attendaient leurs décomptes finals depuis plusieurs années. En mettant sa vision éclairée en œuvre par la réhabilitation de l’outil du travail dont les wagons citernes, les bateaux et les stations services abandonnées. 

Médard SIMBI NGEMBA, ancien agent révoqué et qui n’a plus qualité de parler ni d’engager la SONAHYDROC, et dont plusieurs de ceux qui le convoitent, dénoncent avec hargne, ce qu’ils conviennent de qualifier du détournement des fonds alloués à la  formation des syndicalistes d’un montant de 13.000.000Fc (Treize millions de francs congolais) qui présentement, pèse lourdement dans sa conscience et terni son image.

 Médard SIMBI qui n’avait pas cessé de multiplier les forfaits, Jusqu’au point d’aller demander au DG MIYIMI, 2000$ en présence des témoins, afin de mettre fin à l’acharnement et au soulèvement des agents.

Ce dernier en tant qu’Homme de Dieu, Pasteur de son état, refusât d’accéder si facilement à la proposition de M. SIMBI. D’où, la colère qui conduira Mr Médard de saboter toutes les stations- services en sectionnant les câbles d’alimentation de courant. Aussi, Il tentera de séquestrer le DG dans son bureau n’eut été l’intervention de son garde-corps. Pis encore, il sabotera l’ascenseur afin de permettre au DG de ne pas s’échapper à son coup. Ce qui lui a valu sa première arrestation. Etait-il vraiment normal d’agir ainsi pour un homme appelé à être responsable ? Est – ce le comportement d’un syndicaliste ou d’un arnaqueur, qu’il faut ? D’où, la lettre : N/réf.T.T/PN/16/20 du désaveu de la délégation syndicale Nationale contre ce comportement inexpliqué.

Ainsi, pour se faire lui-même justice, il multiplie des calomnies et diffamations envers les dirigeants de la SONAHYDROC, particulièrement le DG de la Société, dans les réseaux sociaux et dans d’autres supports médiatiques pour salir et saper les efforts entrepris de la direction générale et la confiance des partenaires.

Médard SIMBI qui est rattrapé par son passé, n’a plus d’autre choix que de menacer et d’harceler les membres de la direction générale. En oubliant que le DG est investi des pouvoirs les plus étendus qu’exerce dans la limite de l’objet social… Autrement dit, tout pourrait avoir des solutions auprès du DG, au lieu de leurrer ou de folâtrer…

Au regard de toutes ses turpitudes, un avis de recherche été émis en sa charge par le Parquet de Grande Instance de Kinshasa/Gombe sous le n°0979/RMP.14.575/PR.021/JOL en date du 18 mars 2020, le poursuivant pour dénonciation calomnieuse et abus de confiance, des infractions prévues et punies par la loi.

Comme quoi, Médard SIMBI est déjà au bout de son souffle et ne sait plus, à quel saint se vouer.

Traité de tous les noms d’Israël dans son ancienne entreprise, il veut se faire grand et propre à travers les réseaux sociaux où il est devenu maître en art, oubliant même que L’inspection générale du travail, avait déjà instruit le parquet de le poursuivre pour ses velléités. « Akozwa mosala lisusu wapi ? Dommage ! »

Cependant, on ne peut évoquer le développement actuel de la SONAHYDROC sans parler sans cesse et en toute vérité des efforts consentis par l’actuelle direction générale.

En effet, depuis qu’il est à la tête de la SONAHYDROC, il ne cesse de peaufiner des stratégies qui approchent la vision du Chef de l’Etat afin d’accroitre le rendement et d’accomplir la mission assignée, surtout, pour remettre complétement l’entreprise en ce moment précis où la SONAHYDROC refait surface après plus d’une décennie de misère.

Pour votre connaissance, à son avènement en juillet 2017, la Société était à bord de la faillite, et le personnel accumulait déjà plusieurs mois d’arriérés de salaire. Tout était à l’arrêt. Pour la plupart, le pasteur DG est venu à les faire sortir d’une crise multiforme. Les états financiers de 2017 à ce jour, démontrent le progrès évident amorcé par le top 10 des managers innovants du pays en 2019.

Des dernières investigations menées par votre magazine révèlent que les agents de ladite entreprise en cette année, ont touché 4 salaires réguliers, notamment, les mois : janvier, février, mars, avril. Bientôt, certains arriérés seront même réglés, malgré le temps très difficile que traverse le pays avec le COVID 19. Tous les agents confinés touchent normalement leurs salaires, alors pourquoi cet acharnement ?  Pourquoi gâcher la réputation de son dirigeant qui ne cesse de se distinguer dans la gestion?

 Espérons que le parquet finira par mettre la main et interpeller un jour M. Médard SIMBI, conformément à l’instruction du VPM Ministre de la justice, tenant compte de tous les mensonges débutés dans les réseaux sociaux, les documents de service publiés, l’incitation à la haine et autre diffamation. Pourquoi ternir d’une manière acharnée, l’image des dirigeants de SONAHYDROC, Hubert Miyimi et Louis Gérard Vununu.

Malgré cela, la SONAHYDROC reste en première ligne pour mener à bon port, toutes les actions relevant de sa gestion, de son programme et atteindre les objectifs assignés.

Nul n’en doute plus, Hubert MIYIMI et Louis-Gérard Vununu restent deux gestionnaires acharnés dans la volonté du président de la République Félix Tshisekedi dans sa vision de développement. Quel que soit les critiques acerbes formulées contre lui ou sur l’exécution de diverses réalisations engagées, ne constitueraient qu’un groupe de personnes qui rêve ! N’est-ce pas, qu’on ne jette des pierres que sur l’arbre qui porte des fruits. Et ne dit-on pas que le Chien aboie, la Caravane passe !

Médard kalama, Consultant en communication du DG

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une