Confinement de la Gombe J-1: “Ceux qui sont en train de s’agglutiner devant le bâtiment de l’hôtel de ville sont en train de prendre des risques inutiles”
ACTUALITE.CD

L'hôtel de ville de Kinshasa a été envahi ce dimanche par une multitude de personnes en quête des badges devant leur permettre d'accéder à la commune de la Gombe à partir de ce lundi 6 avril jusqu'au 20 avril prochain, période de confinement annoncée par le gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila Mbaka. Malgré de nombreux appels pour prendre en compte les gestes barrières notamment la distanciation sociale, la foule compacte est restée de marbre. Voilà pourquoi le directeur de cabinet du gouverneur Me Freddy Bonzeke Iliki a fait une mise au point pour décourager surtout ceux qui ne sont même pas éligibles pour avoir ces macarons tant recherchés.

"Dans le communiqué du gouverneur, il a nommément cité, le personnel médical, le personnel soignant, les sociétés de gardiennage, les sociétés de télécommunication et les banques. En résumé, c’est toute personne ou toute structure ayant un impact direct dans la vie quotidienne des Kinois. On ne peut pas par exemple pendant la période de confinement faire que la banque ne puisse pas fonctionner, elle qui gère d’autres agences se trouvant en dehors de la Gombe", dit-il. 

Il rappelle également les catégories de personnes autorisées.

"Les sociétés de télécom et les banques ont leur siège social à la Gombe, c’est à partir de la Gombe que toute la vie nationale est régentée. Donc ça signifie qu’il faut accorder une certaine dérogation à ces sociétés-là. Le respect de la distanciation sociale est un devoir de tout citoyen pendant cette période de propagation du coronavirus. Il ne faut pas seulement penser que c’est la police qui doit imposer ça, mais c’est d’abord un respect pour toute personne qui veut être en bonne santé. Qui veut éviter la maladie, doit respecter la distanciation sociale. Ceux qui sont en train de s’agglutiner devant le bâtiment de l’hôtel de ville sont en train de prendre des risques inutiles. Ils ne connaissent pas ceux qui sont autour d’eux : sont-ils en bonne santé ou contaminé", s'est -il interrogé.

Me Freddy Bonzeke Iliki rappelle également les priorités.

"Quant à nous, nous avons des macarons, nous avons travaillé en commission, nous avons des listes, nous connaissons le besoin de tout un chacun. Tout le monde ne peut pas, pendant la période de confinement, venir travailler à la Gombe, c’est pratiquement impossible, sinon il n’y aurait pas confinement (...).Nous avons privilégié les institutions : présidence, gouvernement. Dans toutes les chaînes de télévisions, il est mentionné au coin restez chez vous. Ça, c’est le principe. L’exception, c’est venir à la Gombe. Il ne faudrait pas que l’exception devienne le principe et que le principe deviennent l’exception. La République est en guerre contre un virus et on doit mesurer le danger que nous courons nous tous. On doit respecter la distanciation sociale, c’est une façon de se protéger, on doit porter des masques, c’est une façon de se protéger, on doit rester chez soi quand on a rien à faire en dehors de sa maison, c’est une protection personnelle".

Il insiste également les sanctions prévues: 

"Les autorités nationales et provinciales ont édicté une ligne de conduite, c’est à respecter. Nous avons reçu de demande dérogation, par corporation. Par exemple, la Fec a écrit avec la liste de ses affiliés, nous avons déjà livré des macarons à la Fec, à la DGDA, à la Snel, à la Régideso. Toutes les entreprises qui ont une incidence directe dans la vie des Kinois ont été servies".

Lire aussi: Covid-19 : Une foule immense devant l'hôtel de ville pour chercher les badges d'accès à Gombe 

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une