Kabuya répond aux accusations: J’étais sur la liste du président pour être nommé ministre, c’est moi qui ai dit non! 
ACTUALITE.CD

L’essentiel.

  • La tension est encore perceptible devant et aux alentours du siège de l’UDPS dans la commune de Limete, à Kinshasa. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les militants en colère.
  • Les militants manifestent pour réclamer d’être pris en compte par le parti dans les éventuelles opportunités de formation et d’emploi et de formation. 
  • Certains militants rencontrés par les reporters de ACTUALITE.CD sont convaincus que les dirigeants actuels privilégient les membres de leurs propres familles. Ces allégations sont démenties par Augustin Kabuya, actuel secrétaire général de l’UDPS. 

Augustin Kabuya a accordé une interview à ACTUALITE.CD à ce sujet. 

Extraits.

  • J’étais sur la liste du président de la République pour être nommé ministre, c’est moi qui ai dit non! 
  • J’ai abandonné mes affaires personnelles. J’étais dans le monde des affaires. J’étais vendeur du carburant et des produits alimentaires. Vous pouvez faire des calculs. Quelqu’un qui pouvait faire charger le bateau avec 200 à 300 futs de carburant, quelqu’un qui pouvait acheter une parcelle sur l’avenue By pass en 2003, est-ce que cette personne était pauvre? Je ne suis pas pauvre. Mon transporteur est en vie, Laurent Batumona. 
  • Je ne faisais aucun bruit parce que c’était mes problèmes privés. Le véhicule avec lequel je roule, est-ce que je l’ai acheté alors que j’étais secrétaire général? J’aime travailler dans la simplicité. Si dans le plan de Dieu, c’est prévu que je serai président de ce pays, je le serai. Que les gens se tranquillisent. 
  • Depuis que je suis devenu secrétaire général, je n’ai jamais utilisé un dollar (du parti) pour utiliser du carburant de mon véhicule. Tous ces documents que vous voyez ce sont des cas sociaux. Les gens dans leur haine pensent que Kabuya vole de l’argent (…). Je peux exiger l’audit aujourd’hui. Je n’ai jamais touché un rond de la caisse. Si j’avais décidé de rester dans le parti parce que j’aime ce parti.

Ecoutez l’intégralité de l’interview réalisée par Ivan Kasongo ici.

 

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une