Catégorie
ACTUALITE.CD

Les présidents João Lourenço (Angola), Paul Kagame (Rwanda), Yoweri Museveni (Ouganda) et Félix Tshisekedi (RDC) ont conclu le deuxième sommet quadripartite de Luanda ce mercredi 21 août par la signature d'un accord sur la sécurité et la coopération régionale.

« Je souhaite remercier le président Lourenço et le président Tshisekedi pour le travail et le conseil éclairé qu’ils ont déployés dans le cadre de ce processus visant à nous réunir, le président Museveni et moi-même, afin de résoudre les problèmes existants entre nos pays (). Je tiens profondément à remercier les dirigeants Angolais et Congolais pour leur attitude et leur engagement fraternel qui nous aide à trouver des solutions entre lOuganda et le Rwanda », a déclaré Paul Kagame, après la signature de l’accord.

Le 25 mars 2018, Paul Kagame et Yoweri Museveni avaient déjà signé, à la State House d’Entebbe, un accord de coopération économique et de développement pour marquer le réchauffement de leurs relations diplomatiques. Cependant, la tension était revenue de plus belle. Pour éviter la marche à reculons constatée dans le passé, les Présidents Tshisekedi et Lourenço devraient assurer le suivi de la mise en œuvre de cet accord pour éviter.

Lire aussi:Après la signature du mémorandum d’entente à Luanda: « Aujourd’hui, c’est un grand jour pour moi » (Tshisekedi)

Contexte

La tension était montée d’un cran entre les deux pays depuis fin février 2019. En marge de ces tensions, le Rwanda a fermé le poste frontalier stratégique de Gatuna provoquant la colère de l'Ouganda qui a crié à un embargo économique de fait.

Paul Kagame accusait son homologue ougandais de soutenir les rebelles rwandais opérant dans l’Est de la RDC à l’effet de déstabiliser les institutions rwandaises. L’homme fort de Kigali évoque particulièrement le Congrès national du Rwanda, dirigé par l’ancien chef de l’armée rwandaise Kayumba Nyamwasa. Ce que dément Museveni en admettant tout de même avoir rencontré quelques-uns des opposants de Kagame. 

A la première rencontre à Luanda, mi-juillet, le mini-sommet avait chargé João Lourenço avec l’appui de Félix Tshisekedi de faciliter le processus de réconciliation entre Kigali et Kampala.

Japhet Toko