Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

La Communauté islamique au Congo (COMICO) a dénoncé, ce lundi 3 juin 2019, l’occupation de son siège, dans la commune de Lingwala (Kinshasa), depuis 8 mois, par des personnes qui prêchent le djihadisme.

« Après avoir assiégé nos bureaux, ils se sont emparés de nos documents de travail qu’ils diffusent sans scrupule sur les réseaux sociaux. Ces personnes qui se disent volontiers djihadistes ne se gênent pas de prêcher le sacrifice suprême aux jeunes délinquants et d’appeler au meurtre. Dans leur groupe WhatsApp ils ont intitulé "conseil Théologal", ils ont écrit des messages dans lesquels ils citent les responsables de la communauté et les menacent de mort », a déclaré à la presse Idryss Katenga, le secrétaire général adjoint de la COMICO.

Pour ce responsable de l’Islam, ces personnes inconnues ont propagé le message ci-après : « Le vendredi 17 [mai], nous allons prier dans les mosquées fréquentées les membres du comité directeur de la COMICO à la recherche de Ali Mwinyi, représentant légal de la communauté islamique au Congo, Idryss Katenga, Kakuluta, Bwanandeke Moussa… paix à leurs paix, à leurs âmes car ils vont rejoindre les ancêtres ».

La COMICO dit avoir saisi les autorités mais ces dernières tardent à apporter de réponse à sa requête.

« Pendant huit mois, les autorités légales de la COMICO et les musulmans ont cru à l'Etat et à la justice. Certes, plusieurs réquisitions d'informations enjoignant la police de se saisir des malfrats mais, à chaque fois, l'exécution de ces actes a toujours été bloquée par une main invisible mais facile à deviner », a ajouté le secrétaire général adjoint de la COMICO.

Le siège au cœur du problème est situé sur l’avenue Isangi, dans la commune de Lingwala. La communauté musulmane demande l’intervention urgente des autorités craignant que la situation ne puisse mal tourner.

Lire aussi:RDC : Crise de leadership à la Communauté islamique du Congo (COMICO), deux groupes se disputent la tête de l’organisation

Thérèse Ntumba