Catégorie
Photo droits tiers

Pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai 2019, l’Union Congolaise des Femmes des Médias (UCOFEM) a organisé une activité au centre Wallonie Bruxelles, dans la commune de la Gombe. Au cours cette cérémonie, deux jeunes femmes ont été primées pour avoir réalisé des reportages innovants.

Milambo Bapendesha Maravilla est journaliste à la Radio télévision Voici l'Homme (RTVH), en plus d'être artiste et animatrice à la télévision. Pour avoir réalisé un reportage-documentaire sur les points sexuellement transmissibles dans le milieu universitaire à Kinshasa, elle a reçu le premier prix “Jeune Femme Journaliste” de l'UCOFEM, une enveloppe de 300 dollars et un téléphone. Et elle devra participer à une formation sur la santé sexuelle et reproductive. “Les mots me manquent pour exprimer mon émotion… Cette récompense est un coup de projecteur que je compte bien valoriser dans mon métier de journaliste”, a-t-elle affirmé avant d'ajouter “je n’ai pas fait le journalisme mais, depuis mon enfance, je rêvais d'être journaliste et j'aurais bientôt une licence puis, ensuite, je devrais faire des études de journalisme à l'IFASIC (ndrl, Institut Facultaire des Sciences de l'Information et de la Communication).

Le second prix consacré à la presse écrite revient à Concilie Kalombo qui travaille à l’Agence congolaise de presse (ACP), à Lubumbashi. Mme Kalombo a également reçu une enveloppe de 200$, un téléphone. Et elle va aussi bénéficier d'une formation sur la santé sexuelle et reproductive. “Elle a présenté un reportage sur la présence des femmes dans les mines. Avec tous les préjugés autour de leur présence dans ce milieu. Elle a reçu ce prix pour les critères de l'innovation et du professionnalisme”, a rappelé Obul Okwess, le modérateur de la cérémonie de remise des prix.

Le jury a reçu 4 critères pour choisir les deux meilleures réalisations sur une trentaines de reportages sélectionnés.

Prisca Lokale