Catégorie
Le président Félix Tshisekedi lors de son discours d'investiture.

Peter Kazadi, député provincial et cadre de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), a qualifié « d’opprobre » l’échec « lamentable » du parti de Félix Tshisekedi aux sénatoriales qui ont eu lieu, ce vendredi 15 mars 2019, dans 24 provinces du pays.

M. Kazadi parle de « non respect de la discipline » du parti par ses propres députés.

« Les députés de l’UDPS n’ont pas respecté la discipline du parti. Nous, députés, nous sommes au nombre de 12. Au minimum, nous devrions sortir deux sénateurs et au maximum 4 si chacun de nous avait respecté son rôle en fonction de la stratégie électorale que nous avions mise en place. C’est étonnant que sur la liste du parti qu’il y ait deux voix et notre candidat indépendant une seule voix alors que c’était prévu qu’il y ait au moins 3 », a-t-il indiqué à ACTUALITE.CD après avoir participé au vote à l’assemblée provinciale de Kinshasa.

Si l’UDPS avait réussi à rafler lundi dernier tous les 5 postes du bureau de l’assemblée provinciale du Kasaï Oriental, il n’en est pas le cas pour les 4 postes des sénatoriales où elle a été battue à plate couture, comme partout ailleurs au pays.

Peter Kazadi, qui a défendu Félix Tshisekedi à la Cour constitutionnelle, lors des contentieux de la présidentielle, parle de corruption des députés provinciaux de son parti.

« La corruption a parlé tout simplement. Le procureur général de la République avait raison de demander qu’on repousse un peu la tenue de ces élections. Ça c’est l’opprobre. Comment voulez-vous que les gens qui sont issus de la corruption puissent être au service d’un peuple aussi meurtri comme le nôtre ? Il va passer tout son temps à récupérer l’argent dépensé. J’ai appris à l’assemblée qu’il y en a qui ont touché 50 000 USD. Un sénateur pareil élu sur base d’une corruption, vous pensez qu’il va faire quelque chose pour la population ? Je ne le pense pas », a-t-il dit.  

A Kinshasa où l'UDPS est majoritaire avec 12 députés provinciaux, c’est le Front Commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila qui a remporté presque tous les sièges. « Le président de la République va mettre en place une politique de lutte contre la corruption, d’où qu’elle vienne, nous allons la combattre», a conclu M. Kazadi.

Patrick Maki