Un agent de santé dans un laboratoire de l'Institut National de Recherche Biomédicale à Kinshasa/Ph ACTUALITE.CD

Un jeune homme a trouvé la mort, et l'autre blessé par balle, à la suite de l'incendie d’un centre de traitement d’Ebola (CTE), ce jeudi 14 mars, à Mambowa, sur l'axe Nziapanda-Mangurejipa, dans la zone de santé de Biena, en territoire de Lubero (Nord-Kivu).

D'après Bwanamudogo Jackson, agent dans une coopérative agricole basée à Njiapanda (80 km à l'ouest de Butembo), le jeune homme mort revenait du champ quand il a croisé des forces loyalistes en train de pourchasser, par des tirs de sommation, les auteurs de l’incendie du CTE érigé à Mambowa par Médecins sans frontières (MSF), mais actuellement géré par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

« Le jeune homme qui transportait des bois de chauffe a été atteint d’une balle perdue. Il est mort. Pour le moment, les manifestants viennent de déposer son corps au bureau de la police de Nziapanda. A part lui, il y a aussi un autre manifestant blessé par balle, et les professionnels de santé en colère refuseraient de soigner pour le moment », témoigne-t-il.

A part le Centre de traitement d’Ebola incendié et les dégâts humains enregistrés, un chauffeur de la zone de santé de Biena signale à ACTUALITE.CD que cinq véhicules, dont deux de MSF gardés sur place après le retrait de l'organisation, ont été caillassés par des manifestants.

Jusqu'à 13h00', des sources sur place rapportaient des heurts entre manifestants et forces de l’ordre. Les activités socio-économiques sont suspendues à Nziapanda.

« Des manifestants lancent des projectiles aux policiers et militaires, et ces derniers répondent par des tirs de sommation. Ce qui provoque une tension. Depuis 10h, toutes les activités socio-économiques sont aux arrêts. Des boutiques ont fermé », ajoute Jackson Bwanamudogo.

Un agent administratif à l’hôpital général de référence de Manguredjipa indique que ce sont des jeunes du milieu qui s'en sont pris au CTE pour exprimer leur résistance à une tentative de prélèvement des échantillons sur le corps d'un des leurs décédé dans une structure sanitaire de Mambowa. Les manifestants ont aussi incendié le domicile du délégué adjoint du gouverneur de province dans la région qu’ils accusent d'avoir alerté les agents de riposte contre Ebola pour prélever les échantillons sur le corps de leur camarade mort.

Lire ici :  RDC : Un autre Centre de traitement d'Ebola incendié à Mamboa (Lubero)

Claude Sengenya

 

 

Catégorie