Travaux de démolition / Ph. Justin Mwamba

La Banque Mondiale (BM) a apporté des précisions en ce qui concerne les démolitions, le jeudi 18 octobre dernier, par les autorités, d'une dizaine de maisons construites le long de la  frontière entre la RDC et le Rwanda, en prévision de construction du poste frontière à Ruzizi 1, dans la ville de Bukavu (Sud-Kivu).

Ces démolitions menées par les autorités provinciales du Sud-Kivu n'ont pas reçu l'aval de cette institution financière internationale et sont faites en dehors de la zone concernée par le projet de construction, souligne la BM.

" Contrairement à ce qui a été rapporté dans la presse, les démolitions constatées à Ruzizi 1 sont situées en dehors du périmètre du projet de la Banque Mondiale pour la construction du poste frontière à Ruzizi 1 et n’ont en aucun cas été effectuées avec l’aval de notre institution. Dans le cadre des projets qu’elle finance, la Banque Mondiale met en œuvre de strictes procédures visant à protéger les personnes et leurs biens ", dit la Banque Mondiale dans une déclaration parvenue à ACTUALITE.CD le 2 novembre.

Le vice-gouverneur du Sud-Kivu, Hilaire Kikobya, avait pourtant indiqué que les démolitions visent à libérer 75 ares dans cette zone où les travaux seront financés par la Banque Mondiale.

"Ce sont des constructions anarchiques et comme le besoin est là et la Banque Mondiale confirme son financement, nous devons récupérer cet espace de l'Etat. L'étendue est de 75 ares, que nous allons exploiter pour la construction. Nous devons conquérir tout cet espace", avait dit l'autorité provinciale.

La Banque Mondiale finance à hauteur de 79 millions de dollars le Projet de facilitation des échanges commerciaux dans la région des Grands Lacs (PFCGL) dont l’objectif est de faciliter la libre circulation des biens et des personnes dans les zones frontalières entre l’Ouganda, la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda.

Parmi les interventions prévues dans le cadre de ce projet en RDC figure la construction d’un poste frontière à Ruzizi 1, dans la ville de Bukavu, et d’un marché frontalier qui sera situé soit à Ruzizi 2, soit à Kavimvira, dans la ville d’Uvira. 

"Des études d’impact environnemental et social sont en cours de finalisation afin d’identifier le site le plus approprié pour la construction de ce marché frontalier. Aucune procédure de relocalisation des populations éventuellement installées sur ces sites n’a été entreprise à ce jour dans le cadre du projet financé par la Banque mondiale", ajoute la BM. 

Catégorie