Samedi 5 décembre 2020 - 17:35

Breaking news

Sud-Ubangi: la population a marché pour dénoncer l'insécurité grandissante à Gemena
Sit-in de la population au gouvernorat du Sud-Ubangi. Photo ACTUALITE.CD.

Partis du rond-point Petrobaje, toutes les couches de la population constituées des acteurs de la société civile de la ville de Gemena (Sud-Ubangi) ont pris la direction du marché central via l'avenue de l'hôpital pour chuter devant le bâtiment administratif du gouvernorat où ils ont lu et déposé leur mémorandum adressé au Chef de l'Etat.

Dans ce mémorandum lu par Jean Pierre Gile, Coordonnateur de l'ONGDH La Voix Sans Bouche, les organisations de la société civile ont dressé un tableau sombre de la sécurité dans la ville. Elles dénoncent des “tueries à balles, braquages, visites à domicile le jour et la nuit, viols collectifs avec menace des armes, vols à mains armées, extorsions etc par des hommes en uniforme et des bandits à mains armées”.

À cela s'ajoute la justice à double vitesse. Le dernier cas en date est le décès d'un mineur de 17 ans en prison sans qu'il n'ait été présenté devant son juge naturel et dont son inhumation a occasionné la mort d'un enfant de 10 ans abattu à bout portant par les hommes en uniforme et d'autres blessés par balles.

Face à cette situation, les organisations de la société civile recommandent au Chef de l'État: La radiation de deux Magistrats incriminés dans cette affaire; Le départ de 1136ème régiment pointé du doigt comme l’un des auteurs de l'insécurité par la population et l'arrestation des autres militaires incriminés.

“Aux autorités provinciales et de la mairie, de se réveiller de leur sommeil et de prendre leurs responsabilités à main afin de sécuriser la population et leurs biens en cette période festive, faute de quoi, nous demandons leur démission pour incompétence notoire”, peut-on lire dans leur mémorandum.

Depuis le début du mois de novembre, l'insécurité bat son plein au chef-lieu de la Province du Sud-Ubangi où c'est chaque jour qu'on assiste à des actes barbares sans l’intervention des services compétents. Ce matin, un homme venait d'être dépouillé de 2 millions de francs congolais ainsi que sa moto.

Alexandre MAWELU, à Gemena

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une