Catégorie
Photo droits tiers

L’Organisation de défense de droits de l’homme la Voix de Sans Voix (VSV) demande au Président de la République Félix Tshisekedi de disposer du temps de “fouiner” avec “courage et détermination” dans le passé en dépit de la coalition FCC-CACH, dans le but de rendre justice aux victimes des violations des droits de l’homme sous le régime de Joseph Kabila. 

Félix Tshisekedi avait déclaré lors de son séjour à Bruxelles, qu’il n’avait pas à fouiner dans le passé laissant à la justice de faire son travail même si le “mutisme” de cette dernière est décrié.

“ La VSV demande au Président de la République de disposer du temps pour « fouiner », avec courage et détermination en dépit du contexte difficile(coalition) dans lequel il travaille, sur le passé en sa qualité de Magistrat Suprême pour que Justice soit rendue aux nombreuses victimes des droits de l’homme et de la démocratie en RDCongo afin de mieux convaincre l’opinion nationale sur sa volonté politique de bâtir l’Etat de droit en RDCongo, un Etat de droit où personne quel que soit son rang, quelles que soient sa fonction et sa fortune ne sera au-dessus des lois.”, indique la VSV dans un communiqué de presse ce mercredi.

L’ONG rappelle au chef de l’Etat que rendre justice ne devrait pas être entendu comme une “chasse aux sorcières”.

“Tout en soutenant le rejet, par le Chef de l’Etat de la politique de « chasse aux sorcières et des règlements de compte », la VSV fait remarquer que le fait de poursuivre les auteurs des violations graves des droits de l’homme connues et avérées,… ne rime à rien avec la chasse aux sorcières ou aux règlements de compte mais cela participe plutôt à la construction de l’Etat de droit et à la gouvernance démocratique.”, ajoute le communiqué.

La VSV dit s’opposer par la même occasion à une possible levée des sanctions de l’Union Européenne infligées à une dizaine de personnalités de l’ancien régime accusées des violations des droits de l’homme. Pour elle, le maintien de ces sanctions contribuera à la lutte contre l’impunité au pays.

Fonseca Masianga