Breaking news

Kinshasa : la “Wax fever” toujours aussi d’actualité?

Jeudi 1 août 2019 - 19:42
Catégorie
wax ferver

Le wax a envahi les grandes maisons de création à travers le monde. Il ne cesse d’attirer l'intérêt aussi bien des célébrités que des blogueurs, influenceurs ou tout simplement du citoyen lambda. Cette vague a-t- elle de l’influence sur le commerce des pagnes à Kinshasa ? Eléments de réponse à travers ce reportage réalisé dans les rues de la capitale congolaise.

Alors que certaines maisons s'apprêtent à ouvrir sur l’avenue du commerce, “Le Berceau Bisou Bisou”, un magasin de pagnes bien connu de cette rue marchande accueille déjà ses premiers clients. Il est à 8h45.

Sur les mannequins à l’entrée, accrochés sur des morceaux des bois, sur les étagères, dans les  armoires, le pagne est exhibé sous toutes ses formes.

 

wax fever

 A l'intérieur, une vingtaine d'hommes et de femmes défilent devant les pagnes, des tissus unis ou en dentelles, pendant ce temps là, d’autres  se dirigent à la caisse avec leurs articles. Jafuka Gervey, le facturier est partagé entre la pression de ses clients et le nombre de personnes entrant dans le magasin qui ne cesse de croître.  Il explique que “Bisou Bisou” peut vendre jusqu’à 2000 pagnes par jour. “Depuis un certain temps, nous vendons plus de pagne. Au plus les motifs et les dessins changent, plus les femmes s'intéressent aux pagnes contrairement  aux autres articles. Par jour, nous pouvons atteindre un record de vente de 2000 pagnes. A la fin de la semaine, les clients viennent encore plus nombreux se procurer des nouveaux pagnes” confie Gervey, calculatrice en main.

Chez “Greco Lambada”, un autre magasin  situé au croisement avenue du commerce et plateau, au moins 100 pagnes sont vendus par jour. Beauclair Nsiala y travaille en tant que vendeur, il explique ce succès par le nouveau style d’habillement lors des festivités de mariage. “ Il y a quelques années, les kinois préféraient importer des tenues de soirées pour leurs fêtes (mariages coutumiers et autres). Depuis que cette vague autour du wax s’est installée, ils préfèrent créer des tenues uniques à base du pagne. Ce qui a occasionné une hausse dans les ventes. Nous vendons environ 100 pièces par jour.”

Au marché central (Zando), les vendeuses expliquent qu’elles ne profitent pas du tout de cette “wax fever”. Au pavillon 2, devant leurs étalages,  elles se plaignent de la rareté des clients en dépit de ce regain d’intérêt pour le pagne. “ Depuis un certain moment le pagne a regagné le terrain de la mode partout dans le monde et en RDC. Cependant, les clients n'affluent pas comme on pouvait s’y attendre. Nous passons des journées entières sans vendre une seule pièce. Tout au long de la semaine, je peux à peine vendre deux pièces. Les temps sont difficiles”, fait savoir Anne-Marie. Pour évacuer des anciens motifs, ces commerçantes prêtent parfois à leurs membres de familles différents pagnes. 

 

wax fever

 

Les écarts de prix

Willy Nkanga, responsable du magasin Greco Lambada, nous dresse le tableau des prix fixés pour les pagnes.“Le java hollandais est vendu à 120 dollars, Une demi super est l’imitation du super wax. Il est proposé à 13 dollars, Nos propres motifs (Lambada) sont vendus à 12 dollars, la marque Sultana est vendu à 7.5 dollars, un équivalent 11.650 francs congolais, c’est le moins cher de tous les pagnes”. 

Le Berceau Bisou Bisou pratique une autre politique tarifaire. “Chez nous, le pagne le plus cher coûte 140 dollars( 6 yards Super wax) et le moins cher coûte au moins 10 dollars, un équivalent de 16.500 francs congolais ( 6 yards Wax simple). Pour la vente en détails, 2 yards coûtent 3.000 francs congolais” souligne Jafuka Gervey.

Absence d’usines textiles congolaises 

Willy Nkanga  s’est plaint de l’absence d’usines textiles purement congolaises. “En RDC, la seule usine de textile est la Société Textile de Kisangani (SOTEXKI). Les produits de cette usine sont vendus à un prix très élevé alors que si les autorités y songent, nous pouvons avoir d’autres usines et offrir des pagnes 100% congolais à un prix raisonnable”, suggère le responsable du magasin Greco Lambada.

Le wax africain est utilisé pour confectionner des tenues de gala ou embellir différents articles (sacs, chaussures, bracelets, boucles d’oreilles, montres et autres). Certaines  célébrités comme Kim Kardashian, Beyoncé ou encore Nicki Minaj ont aussi posté quelques photos avec des tenues à base du pagne.

Prisca Lokale