Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Dimanche lors de son meeting populaire à la place Sainte Thérèse à N’djili, Jean Pierre Bemba s’est appesanti sur la lutte menée par les forces armées congolaises contre les rebelles des forces démocratiques alliées (ADF) à Beni (Nord-Kivu).

Il estime qu’il faut la « volonté et la détermination » pour rétablir la sécurité dans cette partie du pays où les rebelles sont accusés d’avoir tué des milliers de civils dans une série des massacres depuis août 2014.

« Je maîtrise un peu la question des ADF. J’ai résidé à Beni, en 2001 nous avions combattu les rebelles ADF jusqu’au sommet du Mont Ruwenzori. Le calme n’était pas revenu ? Ce n’est pas difficile, c’est une question de volonté et détermination. Que les forces armées prennent au sérieux ce qui se passe à Beni. La population meurt inutilement, à cela s'ajoute l’épidémie d’Ebola. Il faut qu’il y ait la sécurité pour finir l’épidémie d’Ebola. La population est en train de mourir pour rien à Beni», a déclaré Bemba.

Contexte

57 ans, Jean-Pierre Bemba Gombo est arrivé à Kinshasa, ce dimanche 23 juin. Il a été accueilli à l’aéroport international de Ndjili par les cadres de son parti, le MLC, dont Eve Bazaiba et Jacques Djoli. Certains leaders de la coalition Lamuka, dont il fait également parti, étaient présents tels que Martin Fayulu et Adolphe Muzito.

L’ancien sénateur était déjà rentré, en août 2018, pour la première fois au pays après son incarcération à la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas. Il s’était également rendu à Gemena pour s’incliner devant la tombe de son père. Pendant son court séjour, il avait également déposé sa candidature pour la présidentielle de décembre de la même année. Scrutin auquel il ne s’était pas finalement présenté parce que, le 24 août, son dossier avait été déclaré non recevable par la CENI suite à sa condamnation par la CPI pour subornation de témoins.

Christine Tshibuyi, Fonseca Masianga et Auguy Mudiayi