Un centre de traitement d'Ebola à Mbandaka

Un autre centre de traitement d'Ebola (CTE) a été saccagé et incendié ce jeudi 14 mars dans la matinée à Mambowa, près de Nziapanda-Mangurejipa, dans la zone de santé de Biena, en territoire de Lubero (Nord-Kivu).

Un agent administratif à l’hôpital général de référence de Manguredjipa indique à ACTUALITÉ.CD que ce sont des jeunes du milieu qui se sont pris au CTE pour exprimer leur résistance face à la tentative de prélèvement des échantillons sur le corps d'un des leurs décédé dans une structure sanitaire de Mambowa.

Les manifestants ont ensuite incendié le domicile du délégué adjoint du gouverneur de province dans la région qu’ils accusent d'avoir alerté les agents de riposte contre Ebola pour le prélèvement, ajoute la même source.

Lire aussi : Mukwege aux habitants de Butembo-Beni : « Ebola n’est pas une fausse épidémie, refuser de considérer ce danger c’est lui ouvrir la porte pour nous décimer »

Le Centre d'isolement incendié est géré par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) après le retrait de MSF et accueillait 17 patients avant d’être incendié.

Les éléments de la police et ceux des Forces armées de la RDC sont intervenus pour protéger les patients et disperser les manifestants par des tirs de sommation. Pour l'instant, des témoins sur place rapportent des échauffourées entre les forces de l’ordre et les manifestants.

Deux Centres de traitement d’Ebola (CTE) opérationnels à Butembo ont déjà connu des attaques de la part des hommes armés assimilés aux miliciens Mai-Mai. Au moins deux personnes dont un policier ont été tuées et d’importants biens matériels, notamment des véhicules incendiés. Ces incidents sécuritaires ont d’ailleurs obligé l’organisation Médecins sans frontières (MSF) à suspendre jusqu’à nouvel ordre ses activités de riposte.

Claude Sengenya

 

Catégorie