Catégorie
Photo droits tiers

La situation est tendue cette journée à l’Université pédagogique nationale (UPN) suite à la grogne des enseignants qui exigent le départ « immédiat » du comité de gestion. Les enseignants réclament aussi le paiement de neuf mois de prime de transport. Des accrochages ont opposé les enseignants à un groupe de « brigadiers universitaires » avant l’intervention de la police à coups de gaz lacrymogène.

« Les scientifiques ont deux revendications : le départ immédiat du comité de gestion pour mégestion. Le comité s’illustre par des sanctions et suspensions injustifiées à l’endroit des scientifiques qui réclament leurs droits. Ils veulent aussi le paiement de la prime interne appelée frais de transport parce que ça fait neuf mois qu’elle n’a pas été payée. Les manifestations pacifiques ont commencé hier lundi. Mais le comité de gestion a fait appel aux kulunas composés des étudiants qui ont agressé les scientifiques. Un collègue assistant est d’ailleurs blessé, nous l’avons dépêché à l’hôpital. La police a jeté des gaz lacrymogènes au sein de l’université », a dit à ACTUALITE.CD, le chef des travaux Déogratias Safari.

Steve Mbikayi, ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, s'est rendu ce mardi à l’UPN, selon la même source. Pour l’instant, les activités académiques sont paralysées.