Catégorie
Corneille Nangaa, président de la CENI lors de la conférence de presse le jeudi 20 décembre 2018 pour annoncer le report des élections.
  • Le président de la CENI, Corneille Nangaa, a donné une autre version de fait sur la mort de deux personnes dans un centre de vote dans le territoire de Walungu, au Sud-Kivu.
  • Corneille Nangaa parle de la mort d'un technicien de la CENI et d'un policier, lynchés par la foule instrumentalisée par les acteurs politiques.
  • Selon Nangaa, Daniel Mugisho, agent de la CENI, était accusé par ces électeurs de voter pour Ramazani Shadary pourtant faux.
  • " Il venait, à l'invitation du chef de centre, parce qu'il y a une machine à voter dont l'imprimante ne marchait pas. Il est effectivement venu pour dépanner sauf qu'en dépannant il devrait ouvrir l'imprimante mais la foule a été emballée, instrumentalisée par certains acteurs politiques en disant qu'il est venu pour commencer à voter pour le numéro 13 (Shadary Ndlr). Cela a fait que la population l'a lynché et il n'est plus avec nous. Nous le regrettons et nous regrettons ce comportement. Dans la foulée, il y a eu aussi un agent de la police qui est tombé dans la même circonstance ", a expliqué Corneille Nangaa dans une émission diffusée en direct ce soir à la télévision publique, RTNC.
  • Selon le témoignage récolté par ACTUALITE.CD après cet incident meurtrier, il s'agissait de la mort d'un policier tué par la foule après que ce dernier a ouvert le feu sur la foule qui protestait contre la présence d'un homme dans un bureau de vote qui imposait à tout électeur de voter pour Ramazani Shadary, candidat du FCC (Front Commun pour le Congo), causant la mort d'un jeune homme.
  • Les faits s'étaient passés au centre de vote situé à l'école primaire Lurhala, selon ce témoin.

Fonseca Mansianga

Vidéo