L'actualité de la semaine vue par Miriame Ntumba

Photo/ Droits tiers
Photo/ Droits tiers

De l'annonce de l'investiture du gouvernement Suminwa, au procès des accusés dans la tentative de coup d'État en passant par les mesures prises par la BCC pour lutter contre la dépréciation du Franc contre. La semaine qui vient de s'achever a été riche en actualités. Retour sur chacun des faits marquants avec Miriame Ntumba.

 Madame Miriame Ntumba, pouvez-vous nous parler brièvement de vous ?

Miriame Ntumba: Je suis mère et épouse, médecin de profession.

L'investiture du gouvernement Suminwa est annoncée pour la date du 10 au 11 juin prochain. Quelles sont vos attentes vis-à-vis de ce gouvernement ?

Miriame Ntumba: je m’attends à un changement dans la façon de faire les choses pour une amélioration du social des Congolais. Notre pays fait face à de nombreux défis notamment l’insécurité urbaine, la guerre dans l'est, l'instabilité monétaire, l'inflation, le chômage etc. Le gouvernement devra rapidement se mettre au travail pour relever tous ces défis et répondre aux attentes du peuple.

Que pensez-vous des actions de certains députés nationaux qui s'opposent à l'investiture ?

Miriame Ntumba: Je trouve qu'il faudrait qu'ils se calment un peu et qu'on les laisse travailler. Ils pourront ensuite évaluer le travail accompli à une échéance qu'ils auront eux-mêmes fixée.

Le procès des accusés dans la tentative de coup d'État du 19 mai à Kinshasa s'est ouvert ce vendredi 7 juin devant le tribunal militaire de garnison de Kinshasa. Comment voyez-vous l'issue de ce procès ? 

Miriame Ntumba: Dans ce dossier, je demande à la justice d'être équitable pour condamner les vrais coupables. Il faut qu'on nous évite d'assister à un procès maquillé pour cacher les vrais commanditaires. 

Parmi les présumés ayant comparu ce vendredi, figurent 3 femmes. Quelle lecture faites-vous de leur implication dans cette attaque ?

Miriame Ntumba : Je suis vraiment déçue de voir des femmes, qui sont censées être éducatrices, se retrouver dans le camp des ennemis de la République. Je souhaite seulement que justice soit faite. 

Face à la dépréciation du Franc Congolais par rapport au dollar américain, la Banque Centrale du Congo (BCC) appelle les banques à configurer leurs terminaux de paiement électronique (TPE) en Franc Congolais. Qu'en pensez-vous ?

Miriame Ntumba: Je pense que cela ne résoudra pas le problème de fond. En effet, même si nous disposons de francs congolais, si nous devons toujours nous référer aux biens importés pour nos achats, nous serons contraints d'utiliser des devises étrangères. Il est primordial de commencer par stimuler la production locale et d'ouvrir des routes de desserte agricole afin de faciliter la circulation des biens sur le marché local.

Quelles mesures économiques supplémentaires pouvez-vous proposer pour stabiliser la monnaie nationale ?

Miriame Ntumba: Parmi les mesures supplémentaires on peut citer : la lutte contre la spéculation sur la monnaie, qui peut amplifier les fluctuations de sa valeur.Le gouvernement peut prendre des mesures pour limiter la spéculation, telles que l'imposition de restrictions dans le domaine de change pour limiter la propagation des cambistes non agréés. La consolidation fiscale: elle  implique une gestion prudente des finances publiques afin de réduire la dette publique et d'améliorer la viabilité budgétaire. Cela peut améliorer la confiance des investisseurs et stabiliser la monnaie nationale. La diversification de l'économie: une économie trop dépendante d'un seul secteur ( les mines ) est plus vulnérable aux chocs économiques.

Face aux coupures d'eau potable qui touchent treize communes de Kinshasa depuis le 4 juin 2024 suite aux travaux de la Regideso, quelles solutions peuvent être mises en place pour minimiser l'impact sur la vie quotidienne des habitants ?

Miriame Ntumba: Les mesures devaient être prises avant cette coupure. Par exemple la mise en place des forages,des citernes d'eau mobiles, fournir de l'eau même pendant 2h du temps afin de soulager tant soit peu la souffrance des ménages. 

L’actualité sur le plan sportif est dominée par le match nul des léopards de la RDC devant les lions de la Teranga du Sénégal. Quelle analyse faites-vous de la performance des Léopards lors de ce match ?

Miriame Ntumba: Ils ont fait une bonne prestation. Cependant notre équipe doit éviter de se décourager sur terrain et de se laisser faire. Nos léopards doivent toujours jouer avec un esprit de conquête pour remporter normalement le match et nous éviter des calculs.

Quelles sont vos pronostics pour l'équipe nationale pour le match de ce dimanche contre le Togo ?

Miriame Ntumba: Je leur souhaite de bonnes chances.  Nous avons une bonne équipe et un bon sélectionneur , j'espère que nous allons gagner ce match ou au minimum ne pas le perdre.

Quelles recommandations donneriez-vous aux responsables de l'encadrement technique de la sélection nationale et aux joueurs pour améliorer leurs résultats ?

Miriame Ntumba: Les joueurs doivent faire preuve d'engagement et de discipline, travailler dur pour améliorer leurs qualités techniques, physiques et mentales, chercher à s'améliorer en permanence et à repousser leurs limites, et adopter une mentalité positive et combative.

A l'équipe d'encadrement,  nous proposons : 

- l'amélioration des conditions physiques et la préparation des joueurs; - la mise en place d'une stratégie de jeu claire et adaptée aux forces de l'équipe; - Le renforcement la cohésion d'équipe et la culture du groupe.

Présidentielle au Mexique : Claudia Sheinbaum remporte largement les scrutins, devenant ainsi la 1ère femme présidente. Comment avez-vous accueilli son élection ?

Miriame Ntumba: C'est une excellente nouvelle de voir d'autres femmes accéder à des postes stratégiques comme la présidence d'un pays. Je lui souhaite de réussir brillamment son mandat et d'inspirer ainsi les autres jeunes filles et femmes qui pourront la prendre comme modèle.

Le Congrès national africain, au pouvoir depuis 1994, a perdu la majorité absolue pour la première fois. Quelle lecture faites-vous de ce recul historique du parti de Nelson Mandela ?

Miriame Ntumba: Ce recul historique du parti de Nelson Mandela nous enseigne qu'aucune structure n’est inébranlable ou infaillible.  Tout système, même le plus solide, a besoin d'évoluer pour répondre aux changements du monde et aux attentes du peuple. S'y opposer, c'est risquer l'obsolescence. Au 21ème siècle, les idéologies rigides semblent de moins en moins populaires. Les citoyens d'aujourd'hui ne s'intéressent pas nécessairement aux grandes théories politiques. Ils attendent avant tout des solutions concrètes et pragmatiques aux problèmes qu'ils rencontrent au quotidien.

Propos recueillis par Nancy Clémence Tshimueneka