Catégorie
Bruno Tshibala

Les ordonnances nommant de nouveaux dirigeants à la société Générale des carrières et des mines (Gécamines) et à la Société Nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) ont bel et bien été signées par le président de la République, Félix Tshisekedi, et contresignées  par le Premier ministre Bruno Tshibala, quelques heures avant sa démission.

Avant de remettre sa démission au président de la République, le 20  mai 2019, Tshibala avait d'abord apposé sa signature sur deux ordonnances présidentielles postdatées - portant nomination des directeurs généraux et présidents des conseils d'administration dans ces deux sociétés publiques basées à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga.

 

Copie Copie Copie

Lors de la lecture de ces ordonnances sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), seules les copies avaient été lues. Elles étaient contresignées par le directeur de cabinet du chef de l'Etat, Vital Kamerhe.

"Les documents originaux signés par le président de la République sont gardés, et l'expédition certifiée conforme délivrée. C'est sur l'original conservé que l'on retrouve le contreseing. Et c'est la copie qu'on présente au public", nous confie une source au Journal Officiel.

https://twitter.com/KapiambaGeorges/status/1136685277794177024?s=19

Le contreseing de Kamerhe sur ces ordonnances avait provoqué un tollé dans le camp de l'ancien président Joseph Kabila (FCC, Front commun pour le Congo) où l'on dénonce la violation de l’article 81 de la constitution.

"Les mandataires de l’État dans les entreprises et organismes publics, excepté les commissaires aux comptes. Les ordonnances du président de la République intervenues en la matière sont contresignées par le Premier ministre", stipule l'alinéa 6 de cet article.

Au Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila, ces ordonnances ne passent pas. Elles ont bloqué les dernières négociations pour la répartition des postes ministériels au sein du gouvernement du Premier ministre Ilunga Ilunkamba, nommé le 20 mai, quelques heures après la démission de Tshibala.

Le Premier ministre signataire desdites ordonnances [ Tshibala ] était démissionnaire et son gouvernement ne conduisait que les affaires courantes depuis que Félix Tshisekedi a pris le pouvoir en janvier dernier. 

Kyungu
Gabriel Kyungu wa Kumwanza 

Un autre problème : le choix de Gabriel Kyungu wa Kumwanza pour diriger le conseil d’administration de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC).

Gabriel Kyungu n'est ni membre de la coalition présidentielle (CACH), ni celle du FCC mais plutôt de l'Ensemble pour le changement. Il est donc proche de Moïse Katumbi, qui prône une "opposition républicaine" face à Félix Tshisekedi.

Christine Tshibuyi