Catégorie
DR

 

Le comité international de la Croix-Rouge qualifie les 25  ans de service dans la région du Kivu, d'une période pénible malgré les efforts consentis pour restaurer le sourire aux personnes affectées.

Lors de la célébration de leur jubilé d'argent, le CICR, tout en louant les service rendus aux Sud-Kivutiens a dressé un bilan de 25 ans de peine. 

"25 dans le Kivu, c'est malheureusement 25 ans de violences et des conflits, 25 ans de souffrance pour les  populations affectées, c'est  également 25 ans d'aide humanitaire qu'a conduit le CICR pour diminuer la souffrance des hommes, des femmes enfants affectés par ce conflit, c'est aussi 25 du CICR pour restaurer l'espoir de ces populations qui souffrent du conflit et de la violence.", a déclaré Serges Zogg, chef de la sous-délégation CICR au Sud-Kivu.

Avec les conflits à répétition dans le territoire de Fizi à Minembwe , dans le territoire d'Uvira à Bijombo et dans la pleine, plus de 50.000 personnes ont été assistées pour la seule année 2019 par cette organisation humanitaire International.

"Depuis le début de cette année nous avons aidé plus de 50.000 personnes dans le besoin qui ont dû fuir le combat surtout dans les territoires d'Uvira et de Fizi, 50.000 personnes à qui on a fourni des biens et des outils", révèle M. Zogg.

Face à l'insécurité grandissante, les humanitaires font face aux attaques et braquage, un défi majeur qui handicape le travail de plusieurs organisations pour assister les populations des coins reculés.

"Le plus grand défi pour les humanitaires c'est l'accès au terrain, l'accès aux victimes qui est souvent difficile à cause des conditions de sécurité et c'est un des problèmes majeurs que nos équipes rencontrent sur le terrain, c'est la sécurité de notre de notre staff" ajoute Jogg.

Face à ce défi, le gouvernement provincial du Sud-Kivu, a salué le travail réalisé  par le CICR.  Les autorités provinciales appellent tous "les hommes en armes" à protéger les humanitaires au lieu de les attaquer.

"Le fait de s'attaquer contre les agents du CICR, ça constitue un crime de guerre, ça constitue un crime grave, nous reconnaissons que ce sont des agents neutres, qui ne sont ni pour un camp ni pour un autre camp, ce sont des hommes que tous les hommes en armes doivent protéger", précise maître Daniel Lwaboshi directeur de cabinet adjoint du gouverneur de la province.

Dans la perspective de promouvoir les talents, un concours CICR a été organisé et remporté par Séraphin Muhaya suivi de Douce  Nabintu et BACH London qui ont été récompensés respectivement par un mixeur, un synthétiseur et une guitare professionnelle.

 

Justin Mwamba