Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

La tension est perceptible à la Cour constitutionnelle où une centaine de militants ont rejoint les femmes de la coalition Lamuka qui y sont arrivées après une marche pour dénoncer les arrêts invalidant une vingtaine de députés et sénateurs de l'opposition, ce jeudi 13 juin.

Les militants ont brûlé des pneus. Les policiers s’emploient à éteindre le feu. Une jeep de la police est arrivée avec des policiers en renfort à une cinquantaine d'éléments déjà sur place.

Contexte

Martin Fayulu, un des leaders de la coalition Lamuka a annoncé, au cours d’une conférence de presse mercredi, une série d’actions pour protester contre les arrêts de la Cour constitutionnelle. Il s’agit de la suspension des activités parlementaires des députés et sénateurs de la coalition jusqu’à nouvel ordre, de la marche desdits parlementaires et les cadre de Lamuka, ce jeudi, du Palais du peuple jusqu’à la Cour, des manifestations de “grande envergure” le 30 juin à travers le pays. Au total 23 députés et 2 sénateurs de la coalition Lamuka ont été invalidés par la Cour constitutionnelle en faveur du FCC. Fayulu accuse Félix Tshisekedi et Joseph Kabila “d’assassinat de l’Etat de droit”.

Prisca Lokale