Lundi 7 juin 2021 - 15:00

Breaking news

Kinshasa : lancement d'une initiative de divertissement à travers la culture et les arts dans un restaurant
Ph. ACTUALITE.CD

Apporter du nouveau dans le divertissement et cela, à travers des prestations artistiques dans un restaurant, tel est le concept neuf qu’apporte Crepolia, un restaurant situé sur l’avenue de la justice dans la commune de la Gombe. Vendredi 4 juin, à l’occasion du lancement du projet, la pièce de théâtre ‘‘les oignons nous font pleurer’’, a été jouée par deux artistes comédiennes, mais l’idée est aussi de divertir à travers d’autres arts.

« L’idée qu’on a voulu amener, c’est de penser au divertissement. On a pensé à ce qu’on peut amener comme divertissement au sein d’un restaurant, c’est ainsi qu’on a pensé à une pièce de théâtre, on a importé une pièce de théâtre au sein de l’établissement. L’idée, c’est de pouvoir inviter d’autres artistes tant au niveau de tout ce qui est pièce théâtrale qu’au niveau de tout ce qui est comédie, slam, etc. On veut apporter un certain côté cosy du restaurant et mélanger cela avec un divertissement artistique », a dit Frédéric Siluvangi, copropriétaire du restaurant Crepolia.

Les initiateurs entendent le divertissement, pas seulement dans le côté de crier et rigoler, mais aussi le côté promotion des artistes en leur donnant un champ d’expression. Se divertir, rire et apprendre sont des leitmotivs parce qu’ayant des thèmes très touchants et qui peuvent beaucoup apporter au niveau culturel. Le projet est tablé sur les vacances allant du mois de juin au mois d’août avec une activité toutes les deux semaines soit 2 fois par mois.

Cécilia Kankonda, l’une des deux artistes comédiennes sur scène, explique les leçons à tirer de leur pièce de théâtre :

« Il y a beaucoup de leçons morales dans cette pièce. C’est avant tout l’histoire d’amour qui tourne mal et c’est l’occasion aussi de parler du fait que lorsqu’une femme pose un acte de défense finalement ; puisqu’elle est battue par son homme qu’un jour elle réplique et ça tourne mal puisqu’elle le tue sans le vouloir mais on a tendance à la considérer comme folle. On ne voit pas toute la situation, on a plutôt tendance à mettre les femmes dans un coin, disant elles sont folles, on va en sorte de régler son problème sans voir le problème derrière, qui est un problème sociétal », explique-t-elle.

Le texte qui a été joué est celui d’une autrice nigériane, Zaina Budialo. Il a été traduit et performé devant un public d’une vingtaine de personnes. Il avait aussi pour but de dire à tout le monde que c’est important que les femmes prennent la parole et s’expriment pour qu’ensemble, soit construite une société un peu plus égalitaire et un peu plus créative. Le projet est d’un théâtre de Paris, il a l’objectif d’amener le théâtre là où il ne va pas souvent, c'est-à-dire dans les banlieues, dans les maisons, dans les centres culturels, etc. Et avec un centre créé à Kigali, ils ont besoin de défendre la parole contemporaine africaine, notamment la parole féminine africaine.

Emmanuel Kuzamba

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une