RDC : Un film tourné à Kinshasa retrace « l’imbroglio » dans la chaîne de riposte contre Ebola
Vaccination contre Ebola à Goma/Ph ACTUALITE.CD

« Agence », c’est le titre d’un film projeté le 8 octobre à l’espace Maisha à Kinshasa. Il résume une journée saturée de travail au sein d’une agence de communication et évoque notamment la sensibilisation autour de l’épidémie et le phénomène Ebola Business.

« Au cours de nos investigations, avant de tourner ce film, nous avons découvert beaucoup de controverses autour de la maladie à virus Ebola. Nous avons essayé de parcourir des nombreux médias et documents. Il y a notamment le fait qu’en RDC, il y ait énormément d’impacts de cette maladie (sa vitesse de propagation et le taux des décès). Aussi, le fait qu’un grand nombre de personnel soit engagé dans la riposte, des millions de dollars aient été dépensés, des influenceurs qui envoient des fake news dans les réseaux sociaux lorsqu’ils ne sont pas payés (...). Nous avons dénoncé tout ce phénomène dans le but d’interpeller les autorités congolaises et aussi la communauté internationale sur le caractère sacré de la vie humaine », explique Eric Kayembe, réalisateur du film.

Le film s’intéresse aussi aux activités de riposte contre Covid-19 qui, d’après le réalisateur, a connu les mêmes pratiques.

Le film « Agence » a été tourné pendant 14 jours. Il aborde aussi les problèmes de gestion des comptes des personnes influentes et les questions de famille.

e

Pour Moyindo Mpongo, qui a incarné le rôle du directeur d’agence, ce film est un appel au changement des mentalités en RDC. « Nous sommes actuellement dans un Etat de droit, je suis fier d’avoir travaillé en tant qu’acteur principal dans ce film qui dénonce un fait réel et qui accompagne l’idée du changement en RDC. Il faut être une personne qui suivait réellement les informations pour comprendre que ce film aborde plusieurs problèmes dans un même contexte. », dit-il.

« Nous avons puisé d’autres éléments dans le travail de recherche que certains médias ont mené, notamment ACTUALITE.CD, et le tout dernier élément, l’interview avec les ambassadeurs des USA, du Royaume Uni et du Canada basés à Kinshasa, nous l’avons très vite intégré dans le film parce qu’il nous a suffisamment enrichi », ajouté Eric Kayembe.

Ce film est une production de Trésor-Dieudonné KALONJI BILOLO, un jeune blogueur basé à Kinshasa. Dans le public qui a assisté à la projection de ce cinéma, il y a notamment Tshopper Kabambi et Deborah Bassa, responsables de la maison de production Bimpa. Ils ont énuméré quelques difficultés que connaissent les cinéastes en RDC.

« Pour réaliser des films de bonne qualité, il faut réunir tous les ingrédients possibles (Sons, lumières, des bons scénarios). Le Congo devrait considérer les cinéastes, formaliser ce secteur, créer des écoles d’arts et de cinéma, des bureaux de fonds, faciliter les autorisations de tournage (…) Il faudrait que les autorités congolaises mettent en place des structures qui accompagnent les efforts que les cinéastes fournissent » a dit Tshopper Kabambi.

A Deborah Bassa d’ajouter : « Le ministère de la culture et les institutions concernées devraient nous soutenir. Nous évoluons parfois avec l’aide de nos partenaires artistiques, généralement l’académie des Beaux-arts, l’Institut français et autres. Nous avons déjà des bases du cinéma, nous tenons des ateliers de formation et nous avons pu réaliser des films de portée internationale, et les institutions devraient nous soutenir. »

Pour rappel, la dixième épidémie d’Ebola aura été la plus meurtrière dans l’histoire de la République Démocratique (RDC), pour avoir fait plus de 2000 morts en une année dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Ituri. La riposte contre cette épidémie a été difficile et complexe, car confrontée à plusieurs défis : la forte mobilité de la population rendant la surveillance difficile, la présence des groupes armés bloquant les interventions dans certaines zones, la résistance des populations provoquée par des spéculations politiques, la ruée des ONG ou des entraves à la culture des communautés.

La 11ème épidémie d'Ebola déclarée le 1er juin à l'Équateur est toujours en cours et à ce jour elle a déjà fait au total 53 décès (44 confirmés et 9 probables).

Prisca Lokale

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une