Kinshasa : Gentiny Ngobila favorable au lobbying sur la candidature de la Rumba congolaise sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité à l’UNESCO
Photo d'illustration/droits tiers

Gentiny Ngobila, gouverneur de la ville de Kinshasa, s’est dit favorable au lobbying en faveur de la candidature de la Rumba congolaise sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité à l’UNESCO. La demande du soutien a été soumise ce jeudi 3 septembre par les membres de la Coordination du Réseau des villes créatives de l’UNESCO dans le domaine de la musique à Kinshasa.

Cette délégation, renseigne la cellule de communication de l’hôtel de ville de Kinshasa, a fait savoir au chef de l'exécutif provincial les objectifs lui assignés notamment la sensibilisation et la vulgarisation du concept Kinshasa ville créative de l’UNESCO ou encore la facilitation de la professionnalisation de l’industrie culturelle musicale.  

Les membres de la Coordination du Réseau des villes créatives de l’UNESCO envisagent également d'instaurer une diplomatie culturelle solide avec les villes du réseau et de faire de la musique un vecteur de développement socioculturel de la ville de Kinshasa.

Auprès du gouverneur Gentiny Ngobila, ils ont fait part de leurs préoccupations. Il s’agit notamment du manque de siège qui pourrait abriter cette structure. Ils ont aussi souhaité qu'une politique culturelle soit mise en place le plus vite possible sans oublier l'implantation des drapeaux dans les lieux stratégiques.

La question de la reconnaissance de la Rumba congolaise au niveau international comme patrimoine culturel immatériel a aussi récemment été évoqué à ACTUALITE.CD par un expert en industries culturelles.  

“ Nous pouvons le dire que notre Rumba est forte, mais il y a toute une démarche (…). Si tous les éléments du dossier sont convaincants, l’inscription pourrait être  obtenue au courant de l’année 2021 et on pourra dire que la Rumba congolaise est inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ce sera une grande première, mais il faut toujours des mesures d’accompagnement, des promotions de cette Rumba. Il y a toujours cette logique : on a un label  mais il faut valoriser ce label-là. Il faudrait que la Rumba contribue à l’économie du pays, à la renommée du pays et cela exige des actions et des programmes qui doivent accompagner cette reconnaissance internationale ”, disait le Professeur Ribio Nzeza, expert en politique et industries culturelles.

Au total 264 villes sont membres du réseau des villes créatives dont 19 sont créatives de la musique parmi lesquelles se trouve Kinshasa.

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une