<p dir="ltr">Ce 8 mars 2018, ma douleur de mère qui donne la vie est grande parce que trois dimanches successifs, des balles en folie m’ont arraché les fruits de mes entrailles le temps d’un coup de feu qui n’a pas duré les neuf mois de ma patiente attente.</p>
<p dir="ltr">Ces matins des 31 décembre 2017, 21 janvier 2018 et 25 février 2018, j’ai vu des sœurs, mères inconsolables avec des larmes couleur sang dégoulinant sur leurs visages, creusant des sillons ravins  sur ces joues de femmes qui refusent toute consolation parce qu’en désolation. Mama Marthe Benyamu qui porte et donne la vie a vu le sang, sang rouge terre, jaillir comme une  lave en fusion de la tête, du ventre, de la poitrine ou de la cuisse de ses fils et filles aux corps mutilés par des baïonnettes « kulunaises ». Elle n’avait jamais cru qu’une balle pouvait déformer le beau visage de sa fille ; écrabouiller la main active de son fils ; ôter la vie à un corps en pleine jeunesse.</p>
<p dir="ltr">A bout portant, avec des balles réelles, des  hommes en uniformes qui, hier, opéraient invisibles parce que non autrement identifiés, exécutent d’autres humains à ciel ouvert parce qu’enivrés par l’ivresse de l’arrogance de leur ignorance. Ces hommes au cœur robotisé par des uniformes qui ôtent toute humanité tiraient sans remords sur des êtres sans défense répandant le sang de leurs frères et sœurs, sang d’innocents dont chaque goutte crie justice au ciel.</p>
<p dir="ltr">Ainsi parle mama Charlotte ; ainsi parle Rachel, deux femmes, deux mères, deux sœurs meurtries qui, impuissantes, ont entendu ces balles assassines ôter la vie aux nombreux jeunes des cités de ce beau pays à Kinshasa, Goma, Bukavu, Lubumbashi, Mbandaka, Mbuji-Mayi, etc.</p>
<p dir="ltr">Les armes létales et tous les autres équipements offerts par des coopérations militaires plus affairistes et commerçantes qu’humanitaristes, ont, à chaque réforme, placé notre peuple, victime éternelle, à proximité du canon de l’agent de l’ordre devenu « Police de proximité ». Ces coopérations militaires autruches des business complices insoupçonnés de nombreux meurtres ont semé mort et désolation de toutes les mères Rachel de cette terre dont on entend plaintes et pleurs amers. Des mères qui refusent d'être consolées, car toutes pleurent leurs fils, des corps désormais sans souffle, des êtres plus que jamais sans vie !</p>
<p dir="ltr">Mama Alphonsine pleure ses fils et ses filles ? Deux, pour des officiels qui, à chaque assassinat, sans décence ni essence réduisent le nombre des morts comme pour se donner raison d’avoir éliminé les « bilulus », les « va-nu-pieds » qui salissent la nouvelle ville coloniale. Deux morts seulement, affirme l’Officier de Police à la Télévision. Seulement ! Mais où sont passés les quatre autres que tes hommes ont emporté à toute vitesse dans leur jeep devenu corbillard de circonstance ? Que sont devenus les six, huit et dix autres oubliés de ta comptabilité macabre ? Toutes les morgues de la ville ne signalent pas ces corps d’êtres invisibles ! Pour les mères devenues folles, un, deux, quatre, huit morts n’enlèvent rien à la tragédie qui se vit car une vie, la vie de chacun de ces jeunes reste une vie, un avenir gâché par des adultes avides de pouvoir ; des adultes pris de peur parce qu’appelés, par tous, à quitter un pouvoir exercé pendant des années sans élégance.</p>
<p dir="ltr">L’aventure au sommet de l’Etat qui pendant longtemps a été un exercice du pouvoir irrespectueux de la vie humaine exige étrangement des garanties d’une sortie sans justice pour les morts de Kinshasa, de Mbandaka, de Kisangani, de Tanganyika, du Kasaï, de Beni, de l’Ituri, etc. Aux abois et avec beaucoup de maladresses, les intouchables d’une démocratie de façade négocient des garanties d’une fin de mandat dans l’impunité totale pour les meurtres d’hier comme d’aujourd’hui.</p>
<p dir="ltr">Un, deux, trois morts et puis quoi ? Pour maman Véronique, tous ses fils et filles  connus ou inconnus, enterrés ou jetés dans le fleuve, des héros et héroïnes hier que ceux du 31 décembre 2017, du 21 janvier 2018 et du 25 février 2018 ramènent à notre souvenir ; des morts dont le sang donne des cauchemars à tous ceux qui, au nom d’une alternance incontournable devront répondre de tous ces faits ? Car ils ne sont pas morts pour rien. Ils ont fait don de leurs vies afin que les nombreuses victimes encore en vie ainsi que la nation toute entière croient en une terre promise.</p>
<p dir="ltr">Un, deux, trois, cinq, mama Sophie crie : « nooooon, tu ne tueras pas ton frère ». Tu n’atténueras pas ce qui s'est passé par ce jeu de décompte insipide : quatre morts ; non, j’ai compté 2 morts ;  dix, selon les listes actualisées ;  quatre 4 d’après la dernière liste harmonisée. Nooooon ! Hurle mama Georgette, tu ne nuanceras point cette bestialité, cette barbarie : un « badaud », quatre « pillards » ; deux « voleurs », huit « va-nu-pieds » ; tous « manipulés » par des organisateurs irresponsables de marches pacifiques, responsables sans Kalachnikov de tous ces morts comme si eux avaient donné l’ordre de tirer à balle réelle. Nooooooon ! S’effondre mama Josée, tu ne tueras point ton frère. Sa vie ne t’appartient pas. ça vient de Dieu. Rien ne t’autorise à lui ôter sa vie. Ne tue pas ton frère. Tu en répondras un jour ici bas. Tu en répondras un jour devant le tribunal de nos ancêtres. Tu en répondras ce jour devant le tribunal de l'Eternel, seul vrai défenseur des sans voix, des sans défenses, des va-nu-pieds.</p>
<p dir="ltr">Victoire</p>
<p dir="ltr">Tous règneront</p>
<p dir="ltr">Par leurs sacrifices</p>
<p dir="ltr">Et d’autres à venir</p>
<p dir="ltr">Ils nous sauveront</p>
<p dir="ltr">Que Dieu protège notre cher Congo !</p>
<p dir="ltr">Pour le Comité Laïc de Coordination (CLC)</p>
<p dir="ltr">Leonnie Gertrude Kandolo  Ekombe</p>

Catégorie