Qui était Chantal  Mboyo, administratrice du Marché central de Kinshasa tuée lors de l’attaque de vendredi (Portrait)

Chantal Mombi Mboyo, originaire du territoire de Boende, dans la province de la Tshuapa, a été tuée ce vendredi 14 juillet 2017 à l’âge de 50 ans dans...

Chantal Mombi Mboyo, originaire du territoire de Boende, dans la province de la Tshuapa, a été tuée ce vendredi 14 juillet 2017 à l’âge de 50 ans dans son bureau au Marché central de Kinshasa par des hommes non autrement identifiés, portant des bandeaux rouges sur la tête, selon des témoins. Née dans la capitale de la RDC le 25 janvier 1967, Chantal Mombi était licenciée en droit de l’Université de Kinshasa, depuis 1995. Elle était dans l’administration du Marché Central depuis 2005, d’abord comme adjointe avant d’être placée à la tête. Cela après avoir œuvré pendant quelques années comme fonctionnaire à la Division urbaine des Finances.

Cadette d’une famille de deux enfants, elle a pris un petit moment pour s’entretenir avec son grand-frère peu avant de quitter sa maison, ce vendredi là. Elle ne se doutait de rien, comme d’habitude. Ce dernier affirme que sa sœur n’avait pas l’intention de se rendre au marché mais y était contrainte puisqu’un de ses proches collaborateurs devait voyager le même jour.

L’une de ses tantes, également vendeuse dans ce marché, affirme l’avoir trouvé couchée dans son bureau, baignant dans son sang :

«  J’étais devant mon étalage quand j’ai entendu des coups de feu. Rapidement, j’ai couru vers le bureau de ma grande sœur, c’est ainsi que je l’appelle malgré que je sois sa tante maternelle, pour voir ce qui se passe. Et là, je n’ai trouvé personne ni devant son bureau ni à l’intérieur. En voyant le sang coulé, je me suis approchée et je l’ai trouvée couchée et là j’ai commencé à appeler les gens  pour m’apporter assistance mais sans succès. Je suis sortie pour chercher son chauffeur là où il gare sa voiture mais peine perdue. Je suis retournée sur le lieu et il n’avait toujours personne pour la secourir. Et quelques temps après, des jeunes sont arrivés pour m’aider à l’amener à l’hôpital. Moi, j’ai simplement eu le réflexe de récupérer son sac, ses babouches et quelques objets de valeurs qu’elle avait sur elle. Ma sœur a reçu trois balles. Deux en bas de la poitrine et l’autre à l’oreille qui est sortie de l’autre côté. Et je n’ai vu aucune trace de couteau, ça je peux l’affirmer. »

Selon certains témoins, Mme Mombi a été tuée moins d’une heure après son arrivé dans son bureau et après avoir présidé une courte réunion avec ses collaborateurs.

Et au lieu du deuil, dans la commune de Limete, au Motel Fikin, la famille de la victime ne cache pas sa colère et sa déception contre tous ceux qui travaillaient directement avec leur enfant et sœur. Plusieurs membres de la famille se posent la question de savoir comment pouvait-elle se retrouver toute seule alors que ce bureau a toujours des visites incessantes et qu’il se trouve un pas à côté du bureau de la police et d’autres services d’intelligence.

Mariée, Chantal Mombi laisse derrière elle un enfant. Elève en troisième primaire, le jeune garçon de 8 ans ne sais pas jusque-là que sa mère a été abattue par ceux que les témoins identifient comme des personnes de courte taille portant des bandeaux rouges sur leurs têtes  et qui disaient à tous les vendeurs « nous ne sommes pas venus pour vous ».

Membre du Conseil national du PPRD, le parti présidentiel, depuis environ 7 ans, Chantal Mombi était également impliquée politiquement. Plusieurs questions restent à élucider. Cette attaque a-t-elle un lien avec les précédentes qu’a connu la ville de Kinshasa ? Mme Mombi était-elle ciblée? Pourquoi seulement elle ? Pourquoi ses assassins ont-ils choisi de la tuer à son lieu de travail ? Est-ce un règlement de compte ? Le membre du groupe d’assaillants arrêté par la Police et que les officiels présentent comme des bandits venus se ravitailler, pourra peut-être permettre d’apporter un éclairage sur cette affaire aux contours si flous.

Willy Akonda Lomanga

 

In this article

Join the Conversation

Please copy the string Iipu4e to the field below:

17 comments

  1. mupita njiya Répondre

    Paix à son Âme….Une femme de plus ayant perdu la vie en RDC de manière violente; une femme de trop….Elles ne dorment plus que 05 heures par nuit, se lèvent aux aurores, passent leurs journées entre les tâches ménagères et des activités ereintantes pour la survie du ménage; et en dépit de tout ne sont pas respectées et protégées à la juste mesure…..Congolais, la femme mère, épouse, amante aimante, est LE pilier de la société!!! Yebela

  2. Hugues Kadiya Répondre

    A Dieu

  3. MISOGA Répondre

    PAUVRE DAME, VICTIME DE LA BARBARIE POLITICIENNE AFIN D’ATTEINDRE LEUR BUT QUI EST L’ETAT D’URGENCE ET ENSUITE LA SUSPENSION DE LA CONSTITUTION ET ENFIN LE WUMELA.
    AUCUNE PITIE POUR LA POPULATION QUI MEURT ET QUI CROUPIT SOUS LE SEUIL DE LA PAUVRETRE, JUSTE TENIR LE POUVOIR ET LEUR TRAIN DE VIE ROYAL.
    CELUI QUI EST VENU PAR LES ARMES, DOIT PARTIR PAR DES ARMES, IL N Y A PAS DE MAGIE A FAIRE.

    1. DESIS Répondre

      Miso elala… Mais oyebi cote asalaka na cote alalaka. kasi kende kuna et non au marche central hi hi hi

    2. DESIS Répondre

      Miso elala! Mais Mme Mboyo etait-elle aussi venue « par les armes »? Au marche central? Pourquoi violez-vous votre propre devise au point de la faire partir par les armes? Ye kasi balobi atanga na droit na unikin kuna na Mont-Amba? En tout cas ye asimba mandoki te… Bobomi ye kasi mpo na nini? Tala sima zonga moto/ mutu… Olingi action-reaction? Boye Kongo wa mungalata ekozala mosika na kimia… Tokende?

  4. Manu Répondre

    Paix à son âme!

  5. PEDRO Répondre

    Paix à l’âme de cette dame mais tout ceci n’arriverait pas si ce régime de la kabilie avait compris qu’il était temps d’aller vers la vraie alternance pour éviter des frustrations nées des faux résultats à l’élection de 2O11.

    1. DESIS Répondre

      Comme l’alternance n’a pas encore eu lieu, on peut donc continuer a tuer (les femmes)? Et si la prochaine victime etait ta maman, ta soeur ou ton epouse, cela nous rapprocherait-il plus rapidement des elections? Si c’est le cas, alors vite offre aux hommes avec bandeau rouge une des tiennes! Akili ni mali, ujinga umaskini…

  6. GILBERT Répondre

    Que le tueur vive 200 ans sur cette ! Un jour l’Eternel Dieu qui voit même dans les profondes ténébres lui rendra justice. Pourquoi ne pas règler pacifiquement les conflits ? Qu’apporte le sang de votre frère ou soeur dans votre vie ?

  7. Mokili mokili Répondre

    Quand les hommes en bandeau rouge sur la tête qui parlant lingala ont assassiné le deux experts de l’ONU,cet assassinat était attribué aux miliciens Kamwina nsapu et encore les hommes en bandeau rouge qui assassinent froidement une pauvre dame à côté de la police,pour brouiller les pistes les adeptes du BDK sont soupçonnés.
    Peuple congolais ouvrons les yeux et prenons-nous en charge .Qui se cache derrière ces assassinats ?

  8. Serge k Répondre

    C’est vraiment triste,
    Nous attendons les éclaircissements de la part la police qui a affirmé avoir arrêté l’un des assaillants.
    Mon souhait est qu’on puisse arriver a instaurer une thérapie purement étiologique de cette insécurité devenant grandissante dans la capitale.

  9. Massengo Mohamed Répondre

    Sauvagement assassinée, Paix à son âme.Ne cherchons pas les criminels ailleurs.C’est le pouvoir de la terreur du kadogo Rwandais kanambé,Mende et Ntambwe Mwamba,les rebelles Rdc goma.Ses trio criminels qui sèment la terreur en Rdc. Malgré que la pauvre dame ,elle fut membre du pprd, allez y comprendre qu’elle est d’Origine de la province de l’Équateur!!! Vous,qui soutenaient ce pouvoir,le sang de cette pauvre dame ainsi que tous les congolais seront au dessus de vos têtes comme une Épée de Damocles. Et l’Histoire vous jugerat de la même Justice que vous infligés aux Congolais!

  10. bobo Répondre

    Paix à son âme que la terre de nos ancêtres te soit légère et douce

  11. Bosi Botswana Répondre

    Vous attendez des résultats d’enquête ? Comme si nos policiers ont déjà élucider quelque chose…

  12. NSESE BOFETE Gaby Répondre

    Ma grande soeur, que son ame repose en paix, elle appotait son assistance aux veuves, aux orfelins et toute personne defavorise….

  13. tior man Répondre

    Vous êtes sur d’une enquete sur la mort. De cette dame , détrompez vous. Mende et son clic connaissent la vérité. Suivez la chanson de Moise Matuta sur zemi ezanga mobali. Pouvoir moko esala 200 ans.Ata ko bazosomba batu, bakotika yango… RDC,pays de Rwandais

  14. Jadot léon Musawa Répondre

    L’heur Est Grave La Population Abandoné Par Les Personalités A Chargent De Leurs Résponsabilité Le Gouvernement Inexistent.