RDC : Une dizaine de gardes de la Réserve d’okapis et une journaliste américaine introuvables après une attaque

Une dizaine de gardes de la Réserve de faune à okapis (RFO) et une journaliste américaine sont introuvables après une attaque, vendredi 14 juillet après-midi, d’hommes armés assimilés...

Une dizaine de gardes de la Réserve de faune à okapis (RFO) et une journaliste américaine sont introuvables après une attaque, vendredi 14 juillet après-midi, d’hommes armés assimilés aux miliciens Maï-Maï, dans le secteur de Bapela, province de l’Ituri.

Des hommes armés avaient attaqué, ce vendredi, une position des écogardes de la RFO, à environ 70 km d’Epulu, territoire de Mambasa. Epulu, situé à 200 km au sud-est de la ville de Bunia, est le centre d’administration de la RFO. Un agent travaillant pour cette aire protégée a dit à ACTUALITE.CD que les assaillants ont surgi vers 14 heures locales,en passant par Bandisembe, pour affronter les gardes de la RFO avant de fuir dans la forêt. Un renfort mixte FARDC-écogardes a été déployé.

« Il y a eu une attaque qui s’est ensuivie d’une débandade. Les personnes présentes ont fui en trois groupes. Les deux premiers groupes dans lesquels se trouvaient deux journalistes néerlandais et un Congolais ont regagné le site. Là, nous sommes en forêt en pleine recherche du troisième groupe dans lequel se trouve une journaliste américaine”, a dit à ACTUALITE.CD un membre de l’équipe de la RFO qui participe à la recherche qui se poursuit jusqu’à ce samedi dans la nuit.

Actuellement, une milice dirigée par un certain “Manu”, ancien bras droit du chef milicien Paul Sadalah alias “Morgan”, sévit dans la région. La milice se caractérise également par des attaques contre les carrés miniers. En juin 2012, les miliciens Maï-Maï Simba de Morgan avaient mené une attaque contre la RFO et tué 15 okapis qui y vivaient depuis 1987.

D’une superficie de 13.726 km2, RFO est une réserve inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En plus des okapis, la réserve de faune sauvage est également le sanctuaire de nombreuses autres espèces animales originales et/ou en danger, tels que l’éléphant de forêt, le paon du Congo et treize espèces de primates anthropoïdes diurnes.

In this article

Join the Conversation

Please copy the string VQSphk to the field below: