Kasaï : Le Haut Commissaire de l’ONU menace de saisir la CPI à défaut d’une enquête nationale « efficace »

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, renouvelle son appel à l’ouverture d’une enquête nationale indépendantes et transparente sur les massacres...

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, renouvelle son appel à l’ouverture d’une enquête nationale indépendantes et transparente sur les massacres dans l’espace Kasaï.

Dans une déclaration faite ce mercredi 19 avril, Zeid Ra’ad Al Hussein condamne ces violences et menace de solliciter l’intervention de la Cour pénale internationale (CPI) au cas où une enquête nationale sérieuse ne serait pas diligentée pour poursuivre toutes les parties impliquées dans les violences.

« Il est absolument essentiel que le Gouvernement de la RDC prenne des mesures significatives, qui ont jusqu’à présent échoué, afin d’assurer une enquête rapide, transparente et indépendante pour établir les faits et les circonstances des violations présumées des droits de l’homme et des abus commis par toutes les parties, et d’autres abus de justice. Mon Bureau a offert son aide pour mener une enquête aussi crédible. Nous réitérons notre demande d’accès à tous les sites de fosses communes, ainsi qu’à tous les témoins, y compris ceux qui sont en détention, et d’autres informations pertinentes nécessaires pour déterminer la responsabilité à tous les niveaux. L’ampleur et la nature de la violence soulignent de plus en plus la nécessité de suivre de près la situation. S’il n’y a pas d’enquête nationale efficace, je n’hésiterai pas à exhorter la communauté internationale à soutenir une enquête par un mécanisme international, y compris la Cour pénale internationale, qui a récemment rappelé aux autorités de la RDC leur responsabilité principale en vertu du Statut de Rome d’enquêter et de poursuivre les actes de violence allégués au Kasaï », a déclaré Zeid.

Selon l’ONU, environ 40 fosses communes ont été découvertes dans tout l’espace Kasaï, depuis le début du conflit en août 2016. D’après les enquêteurs de l’ONU, les forces de l’ordre et de la sécurité congolaises seraient responsables de certains cas de violations des droits de l’homme.

« L’équipe des Nations Unies a recueilli des informations selon lesquelles des soldats des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) auraient creusé les tombes, après s’être heurtés à des éléments présumés de la milice Kamwina Nsapu, du 26 au 28 mars. Au moins 74 personnes, dont 30 enfants, auraient été tuées par des soldats à la suite de ces affrontements. L’équipe de l’ONU a également visité Kananga pour recueillir des informations sur les abus et les violations présumées là-bas. Entre les 28 et 30 mars, les soldats des FARDC auraient tué au moins 40 personnes, dont 11 enfants et 12 femmes, dans la commune de Nganza de Kananga et blessé au moins 21 autres. La majorité des victimes auraient été tuées dans leurs foyers alors que des soldats se rendaient à la recherche de membres de la milice ».

Les éléments de la milice Kamwina Nsapu sont également accusés de violations, notamment dans des cas de recrutements des enfants et dans les attaques contre les symboles de l’Etat.

« La milice de Kamwina Nsapu, qui est fidèle à un chef coutumier local tué par l’armée le 12 août de l’année dernière, a été accusée de recruter des centaines d’enfants dans ses rangs et de cibler les agents et symboles de l’État, y compris les locaux du gouvernement, les écoles, les hôpitaux, les postes de police ainsi que les églises. Un exemple d’une telle violence s’est produit le 30 mars, alors qu’une trentaine de miliciens présumés de Kamwina Nsapu ont attaqué l’église paroissiale de Saint-Jean-de-Masuika, dans le territoire de Luiza, où ils ont maltraité au moins trois religieuses et un prêtre menaçant de les tuer. De plus, le prêtre et l’une des religieuses auraient été enlevés et relâchés le lendemain après que l’argent a été payé. Les miliciens ont également vandalisé l’église, brisant les portes et les fenêtres et brûlant les chasubles du prêtre », a rapporté l’ONU.

Depuis août 2016, une crise sécuritaire sévit dans l’espace Kasaï caractérisée par des combats qui opposent les forces de l’ordre et de la sécurité aux miliciens Kamwina Nsapu. Cette crise a déjà causé la mort de centaines de personnes et provoqué de nombreux cas des déplacements internes des populations.

Franck Ngonga

In this article

Join the Conversation

Please copy the string CltQq5 to the field below:

5 comments

  1. JEROME MULAHUKO Répondre

    Nous constatons tous que le gouvernement de la RDC ne fait pas tout ce qu’il faut pour décrisper cette crise qui met plus de 60000 personnes en déplacement. Nous rappelons au gouvernement que la souveraineté d’un Etat se mesure aussi par sa capacité à protéger ses habitant et à rendre une justice équitable en cas de besoin.

  2. Sylvie Kayembe Répondre

    Maman Sidikou est Kabiliste. Il doit partir.

    1. DESIS Répondre

      Maman Sidikou est kabiliste; Kodjo est kabiliste; Alpha Conde est kabiliste etc. Quel grand leader ce Kabila dont l’envergure s’etend dans des pays africains! Meme Sekou Toure n’a pas eu pareil leadership! Nkrumah non plus…

  3. Greg Mukishi Répondre

    Cher prince, attendre que le gouvernement congolais va mener des enquêtes, c’ est une perte de temps et d’ énergie. Si vous voulez vraiment aider les congolais à avoir clair dans cette situation d’ insécurité et que justice soit faite, mettez le dossier sans tarder sur la table de la CPI.

  4. djessy ditu Répondre

    Vous etes tous des aventuriers , qui ne sais pas la realité de ce qui ce passe au congo? Depuis ç’a commencé ? Combien des declarations avez-vous deja fait? Quoi avez-vous deja faits?
    Cessez nous faire des aventures , la communauté international , la CPI et l’ONU sont des entreprises de joseph kabila pour empecher tout attaque de son pouvoir car , joseph kabila vous donne tout ce que vous avez besoin . Taisez-vous des voleurs .