Arrêt coopération militaire : Le parti flamand N-VA appelle à revoir toutes les autres coopérations avec la RDC

Le parti nationaliste flamand N-VA préconise que la Belgique ne revoie pas uniquement sa coopération militaire, mais toute forme de coopération avec la RDC et appelle la communauté...

Le parti nationaliste flamand N-VA préconise que la Belgique ne revoie pas uniquement sa coopération militaire, mais toute forme de coopération avec la RDC et appelle la communauté internationale à tenir un langage ferme face aux violations des droits de l’homme dans le pays.

Dans un plaidoyer envoyé à ACTUALITE.CD par Laurent Mutambayi, membre de la N-VA Bruxelles et candidat député européen, la N-VA pointe du doigt la volonté manifeste de Joseph Kabila de diviser l’opposition à travers la nomination, non-conforme à l’Accord du 31 décembre, de Bruno Tshibala ainsi que de retarder les élections.

Ci-dessous la déclaration de la N-VA

Ne pas revoir uniquement la coopération militaire mais toutes les coopérations avec le Congo

“Si nous voulons éviter une catastrophe humanitaire sur le continent africain, nous devons alors clairement signifier à Kabila qu’il doit arrêter le plus vite possible la politique de « diviser pour mieux régner », disent le député fédéral Peter Luykx et le parlementaire flamand Karl Vanlouwe (N-VA).

La président congolais Joseph Kabila a fait parler de lui en nommant l’opposant Bruno Tshibala comme Premier ministre. Cette nomination est une violation flagrante de l’Accord politique de la fin de l’année 2016. En vertu de l’Accord de la Saint-Sylvestre, Kabila reste en fonction jusqu’au mois de décembre 2017 et l’opposition désigne la personne que Kabila doit nommer comme Premier ministre. C’est l’essence de l’Accord entre Kabila et l’opposition.

Tshibala n’a jamais été présenté par la plateforme «Rassemblement » et n’est donc pas accepté par la majeure partie de l’opposition. La majeure partie de l’opposition s’en tient au nom de Félix Tshisekedi, le nouveau président du Rassemblement, le numéro deux du plus grand parti de l’opposition, UDPS, et le fils du leader d’opposition Etienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles le 1er février 2017.

Avec la nomination de Bruno Tshibala, il est clair que le président Kabila essaie d’opposer les différentes tendances au sein de l’opposition afin de renforcer sa position. La nomination de Bruno
Tshibala est donc à nouveau une manœuvre pour retarder les élections et faire échouer l’Accord. Il devient improbable d’organiser encore les élections cette année. Cela est notamment dû au manque
d’avancement dans la formation du gouvernement de transition.

Diviser

« Ne pas revoir uniquement la coopération militaire mais toutes les coopérations avec le Congo »

La nomination de Bruno Tshibala s’écarte de la lettre et de l’esprit de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Notre gouvernement s’est à bon droit exprimé de manière critique vis-à-vis du Congo. Le gouvernement congolais a donc décidé de suspendre la coopération militaire avec la Belgique. Cette coopération consistait essentiellement dans la formation des militaires congolais au Congo et en Belgique. Il est temps que nous examinions également d’autres partenariats avec le Congo.

Kabila a dépassé la limitation de mandats depuis l’année passée. Il reporte délibérément les élections, en violation de la Constitution congolaise. L’absence des élections provoque beaucoup de frustrations chez les Congolais. Il règne un sentiment d’impuissance que Kabila considère la Constitution comme un simple bout de papier. La crainte est qu’il nourrisse l’ambition d’être président à vie.

En sabotant le processus démocratique au Congo, la classe politique congolaise avec Kabila en tête, cause beaucoup de dégâts à un pays qui se trouve déjà dans un état fragile. Le Congo se trouve encore à un stade précoce d’un processus démocratique. La négation des principes
démocratiques de base y afférentes peut anéantir le progrès du Congo et aussi la stabilité dans la Région. La boulimie du pouvoir de Kabila met le peuple congolais aux prises avec les démons du passé. On redoute que le pays ne sombre dans un conflit dévastateur qui pourra déstabiliser toute la région.

Au mois de février, j’avais déjà été sévère avec le gouvernement congolais au sujet des massacres des populations civiles par les militaires congolais dans la province du Kasaï. L’armée congolaise y livre une bataille acharnée contre les milices locales. Les Nations Unies ont découvert 23 fosses communes. Les corps de deux experts de l’ONU et de leur interprète congolais ont été découverts le 29 mars. Certaines sources font même état des crimes de guerre.

Si la communauté internationale – y compris la Belgique – envoie chaque année des millions au Congo, elle doit également oser s’exprimer de manière critique sur les graves violations des droits de l’homme et des principes démocratiques sous Kabila. L’Union Africaine, l’Union européenne, les Nations Unies doivent user de tous les moyens à leur disposition pour mettre un terme à l’instabilité et punir les coupables. En notre qualité de communauté internationale, il est de notre devoir de combattre cela. Nous ne pouvons pas faire semblant alors que le Congo est en train de basculer dans l’impunité totale.

La situation au Congo semble aller de mal en pis. Cette violence est aggravée par l’incertitude politique qui y règne actuellement. Le Congo est un brasier qui peut exploser à n’importe quel moment. Si nous voulons éviter une nouvelle catastrophe humanitaire sur le continent africain, nous devons clairement signifier à Kabila qu’il doit le plus vite possible arrêter avec sa politique du diviser pour mieux régner et organiser des élections sous l’égide de la communauté internationale. Ce n’est qu’à ce prix que la paix pourra revenir.

In this article

Join the Conversation

Please copy the string ga95W0 to the field below:

14 comments

  1. Manu Répondre

    La Coopération avec la Belgique est un accord diplomatique légendaire et c’est notre métropole. Il n’ y a pas intérêt à punir les Congolais qui sont déjà essoufflés et appauvris mais il faut sanctionner les responsables des violations des Droits de l’homme et autres crimes contre l’humanité.
    Le Nœud de tous ces conflits, l’organisation des élections présidentielles en RDC, si la Mp et son autorité morale continuent à bloquer la machine électorale, le peuple va se prendre en charge et en finir car il est le souverain primaire.

  2. Robert Répondre

    Il est triste de constater que c’est maintenant que la Belgique tente de comprendre que le navire est en danger.
    Bcp de fois le peuple congolais avait avisé que la mauvaise procédure de nommer ce quidam de kabila président dans notre pays serait un danger pour ce grand pays, personne ne voulait comprendre, nous avons vu des inconscients comme de Louis Michel de passer pour des faiseurs des Rois au Congo.Aujourd’hui tout est à recommencer et malheureusement pour nous la couche politique du pays est victime de la pauvreté.
    Les apprentis politichiens sont présents partout afin de tirer profit de tout ce qui est encore Normal dans ce grand Congo

  3. FORCE Répondre

     » En vertu de l’accord de la Saint-Sylvestre, Kabila reste en fonction jusqu’au mois de décembre 2017 et l’opposition désigne la personne que Kabila doit nommer comme Premier ministre. C’est l’essence de l’accord entre Kabila et l’opposition « .

    Pour ces malhonnetes de la MP c’est toute une science pour comprendre ce paragraph dessus. UNE ASSOCIATION DES VAURIENS.
    kabila creuse sa proper tombe.

  4. bobo Répondre

    Waouu une très bonne analyse, c’est tout à fait normal, je pense que cela doit se réaliser le plus vite possible, le peuple souffre énormément et ce régime n’a pas du la vision de voir se peuple prospéré, je pense que comme c’est KABILA qui a commencé vous devez l’aider à continuant la suite c’est à dire mettre fin à toute sorte de coopération et la communauté internationale doit suivre le même langage enfin que l’ordre règne, c’était ça l’objectif de kabila et sa bande, ils connaissent bien les faibles alors ils ont mis toute les batteries en marche pour diviser mais ils ont oublié une, ils ont acheté quelques personnes mais non le peuple

  5. Grec Répondre

    Peuple congolais si vous continuer a suivre la communauté internationale, je vous assure rien ne marchera, eux aux contraire ils veulent leurs interets point bare. il y a rien que la belgique peut faire pour le congo.
    kabila, mp,opposition egal souffrance. soulever-vous, l’unique voie pour la sortie de votre crise. ne compter surtout pas avec la belgique.

  6. ihavespoken Répondre

    La Belgique et les occidentaux veulent faire croire aux Congolais qu’on ne peut pas exister sans eux (assez d’exemple en Afrique). Ils parlent pas du Rwanda et tout les autres pays (Africains) qui brule a la lettre les droits humains mais seulement leur partenaire qui leur couterai le plus cher en rupture !
    Laisser nous regler nos problèmes a notre facon AVANT vos propres interets ! Vaut mieux une dispute entre Congolais qu’une guerre (DE PLUS) causé par les occidentaux !

  7. LYOMBO wa MAPAKO Raymond Répondre

    Le grand regret est de voir les opposants de taille, ayant tenu bon des années durant, céder aux petites manoeuvres du Pouvoir. Je pense ici particulièrement à Mubake qui avait l’estime de tous les congolais.

  8. Muamba Répondre

    Merci, De Tout Le Président Doit Comprendre Le Souci De Tout Congolais Est En Respectant L’accord Du 31 Decembre Pourque Congolais Soi Calme De N’est Pas Soutenir L’homme De Tshibala À La Tête Du Pays Tant Qu’il A Etait Chassé Dans Le Parti De Rassemblement.

    1. FORCE Répondre

      Muamba, Muamba. Tu peux meme ecrire en anglais si tu ne parle pas francais nous allons comprendre.

  9. S.E wa BUKA KABAKATA Répondre

    La RDC n’a pas vocation à vivre de la charité des pays qui lui doivent tout. Si les générations actuelles, essentiellement sorties de la brousse, ne le comprennent pas, les générations futures réclameront leur dû à la Belgique. Il s’agit de l’essentiel du patrimoine financier, industriel et urbanistique de la Belgique.

    De quelle « aide » nous parle-t-on quand les historiens belges comme Bart Dewever savent pertinemment bien que la Belgique croupisse dans la famine durant les années qui ont précédé 1908. Et qu’après 1945, c’était le seul pays de la fameuse Union européenne à être sortie de la guerre SANS LA MOINDRE DETTE!

    Qui aide qui ?
    UMBUKA ! Du balai !

    S.E wa Buka Kabakata Kapung’A Mundeli Miala mia Kongo Ngunga ku Mputu

  10. Claude Répondre

    Depuis Quand Les Congolais Ont Emis Des Avis Critiques Contre Le Roi Des Belges, Notamment Pour Sa Mauvaise Politique (deux Poids Deux Mesures) Favorisant Les Flamands Contre Les Walons? Quelles Millions La Communauté Internationale Envoie Chaque Année Au Congo? Y’a-t-il Un Pays Qui Enrichit Les Occidentaux Comme Le Congo? Quel esprit De L’accord Du 31 Déc? Le Juridisme En Science Politique Ne Tient Pas. Le Droit Constitutionnel Est Fléxible Et Maléable, Càd S’adapte A L’évolution Et Dynamisme Social. Si La Belgique N’a Pas Suivi Ce Qui S’est Passé Pendant Des Mois A La Cenco, Après L’échec D’Eden Kodjo, Elle Ferait Mieux De S’informer D’abord, Avant De Trembler Pour Des Accords Bidons Et Chimériques Qu’elle Vient De Passer Avec Félix Tshisekedi.

  11. Claude Répondre

    Et Surtout, Le Mensonge Et Démagogie N’honorent Pas Un Pays Qui Se Dit Royaume Et Siège De L’Union Européenne. Depuis Quand Kabila A Divisé L’opposition? Donnez-nous Des Preuves, Pour Vous Eviter Le Ridicule. Les Opposants Ne Se Sont-ils Pas Divisés Au Sujet Des Postes Ministériels? Qui Vous A Dit Que Tshisekedi Fait Unanimité Du Choix De L’opposition? Si On Leur Demandait 3 Noms A Présenter Par Toute L’opposition Pour La Primature, N’est-ce Pas Respecter La Démocratie? Merde!

  12. MNL Répondre

    La RDC dispose d’experts et les financements sont octroyés par les bailleurs de fonds. Ne confondez surtout pas la Coopération chinoise, soit d’autres coopérations dont l’aide est remboursable à la Coopération belge qui aide GRATUITEMENT au développement de la RDC et limiter ainsi l’immigration clandestine. Aussi, par humanisme et par équité, la terre étant l’unique planète composée d’un seul citoyen. Sa forte contribution, avec des activités à impacts visibles permettra également à la RDC d’économiser les fonds nécessaires pour la tenue des élections voulues par tous. Demander la suspension de la Coopération belge pour un problème d’élections qui par ailleurs sont fixées en décembre 2017, serait faire un procès d’intention. Nos amis de la sous-région ne doivent pas confondre la RDC qui est un pays continent, le poumon même de l’Afrique à leurs pays respectifs et tenir surtout compte de la mentalité de nos hommes politiques – Monsieur Edem KODJO en sait quelque chose… – Les organismes sous régionaux peuvent également appuyer la RDC mais nous connaissons tous le tableau sombre de la gouvernance en Afrique, avec son criant degré de transparence. Il faut savoir faire la part de choses et noter qu’en RDC n’existe que deux types de politiciens : ceux du ventre et ceux des aigris, avec un don d’ubiquité, qui prennent le peuple en otage et qui eux-mêmes ont étudié et continuent à se faire soigner et nourrir par des fonds occidentaux dont ils possèdent la nationalité. D’autres encore, quand bien-même occupant de hautes fonctions, possèdent des parents adoptifs occidentaux, au détriment de la population meurtrie, à l’exemple de cette congolaise de 17 ans, habitant la périphérie de la ville de Kinshasa, qui a bu pour la toute première fois de sa vie, l’eau potable, grâce à la CTB. Les partenaires techniques et financiers ne doivent pas céder aux provocations des politiciens congolais dont l’unique motivation est le positionnement. Les portugais et les grecs sont tombés dans ce piège et se sont vu remplacer par les libanais qui eux-mêmes, engloutis par les chinois dont nous connaissons tous les pratiques honteuses et dégradantes dans des pays d’accueil. « Les hommes passent les institutions restent ». Personne n’étant éternel, nous appelons tous les analystes à un esprit de critique objective. Appliquer plutôt des sanctions individuelles car les mêmes oppresseurs du pouvoir comme de l’opposition, ainsi que les membres de leurs familles respectives, continuent à bénéficier de l’assistance occidentale.

  13. Yves Debaille Répondre

    Pas de procès d’intention à qui que ce soit s’il vous plaît, le peuple congolais sait ce qu’il doit faire pour s’inscrire à sa place dans la communauté internationale.
    Faisons lui donc confiance, c’est lui seul qui résoudra la crise qui le fait souffrir.
    Les élections vont avoir lieu en temps opportun avec ses moyens nous n’en doutons pas.