La situation que traverse le pays est la conséquence de mauvais choix du gouvernement Matata – (Mukoko Samba)

Le professeur Daniel Mukoko Samba demande au gouvernement d’agir vite et même très vite pour stopper la dégringolade du francs congolais par rapport au dollar américain.  Pour l’ancien...

Le professeur Daniel Mukoko Samba demande au gouvernement d’agir vite et même très vite pour stopper la dégringolade du francs congolais par rapport au dollar américain.  Pour l’ancien vice-Premier ministre et ministre du Budget, il est important que  des mesures urgentes soient prises pour que la monnaie locale ne puisse pas franchir,  dans les prochains jours,  la barre de 1500 FC le dollar.
Dans une interview exclusive accordée à ACTUALITE.CD, le professeur Mukoko Samba estime que la situation que traverse le pays est la conséquence de mauvais choix effectués par le précédent gouvernement.

«Au moment même où les réserves en monnaie étrangère tarissaient, l’Etat avait accéléré ses dépenses en devise. Tout l’argent qu’on a mis dans le bâtiment Intelligent, la cité administrative à Royal ou Bukanga Lonzo. L’argent qu’on a mis dans l’achat des avions pour Congo Airways, c’est l’État qui déboursait alors que ses ressources tarissaient. Personnellement, je pense qu’il y a eu mauvaise lecture de la situation économique pour répondre à certains impératifs, ça finit toujours par se payer cash. Et nous avons payé cash»

Comme  solutions, le professeur Mukoko invite le gouvernement à renouer avec les institutions de Breton-Wood.

«Pour arrêter cette situation, il faut un appui à la balance de payement.  Et les institutions spécialisées pour apporter cet appui, c’est le Fonds Monétaire International. Et comme on n’est pas en programme avec le FMI, on ne peut pas avoir ces appuis. Rappelons qu’on a déjà connu des situations pareilles, parfois de manière plus violente. Au mois de mars 2009, nous avions des réserves des 30 millions de dollars soit un jour d’importation seulement. Mais on a terminé l’année 2009 plutôt bien, parce qu’on a obtenu un appui de 500 millions entre avril et juin de la même année. Soit 200 millions du FMI, 200 millions de la Banque mondiale et 100 millions de la Banque africaine de Développement. Et les 500 millions étaient répartis comme suit, 300 millions en appui à la balance de payement et 200 millions  en appui au Budget. Aujourd’hui, on a besoin de ce genre de solution. La RDC a besoin d’un appui à la fois au budget et aux réserves de change pour essayer de stabiliser la monnaie», a-t-il dit.

L’ancien vice-Premier ministre estime à cet effet qu’il faut un dialogue franc avec ces institutions pour obtenir, comme en 2009, leur soutien.

«En 2009 la situation était différente, nous n’étions pas en programme avec les institutions de Breton Wood. Mais, nous avions un dialogue riche avec ces institutions et nous sommes arrivés à obtenir une solution en deux mois seulement. C’est ce qui nous a permis d’arriver au point d’achèvement et d’obtenir l’annulation de la dette, initiative PPTE (…)», a indiqué le professeur Mukoko.

Willy Akonda Lomanga et Judith Booto  (stagiaire de l’Ifasic) / desk Eco

In this article

Join the Conversation

Please copy the string ZEto9t to the field below:

3 comments

  1. angele Répondre

    je votre ami dépuie ilebo

  2. DOMINIQUE MAF Répondre

    CHERS AMIS, REVEILLEZ VOUS, LE COMMANDANT HYPPO ALIAS JOSEPH KABILA A UN AUTRE PLAN. LA MAUVAISE FOI SE DESSINE PARTOUT. NON PAS QUE SON CABINET NE SAIT PAS LIRE LES TEXTES, MAIS, PROFITANT DE LA NAIVETÉ DE LA CENCO, CETTE DERNIERE QUI DEVAIT ETRE UN ARBITRE, ELLE EST DEVENUE UNE OBSTERVATRICE. ET, LE CAMP PPRD ET SES ALLIÉS SONT EN TRAIN DE MIJOTER UN AUTRE PLAN, CELUI DE CRÉER CONTINUELLEMENT DES BLOCAGES POUR TENTER DE CONTOURNER L’ACCORD DE PAIX DU 31/12/2016…. LES JOURNALISTES ET LES JURISTES DE KINSHASA DÉMONTRENT TROP D’INSUFFISANCES DANS LA LECTURE DES TEXTES, ILS NE SAVENT TOUJOURS PAS QUE LA CONVENTION EST TOUJOURS AU DESSUS DES LOIS. ET, LA SOCIÉTÉ CONGOLAISE SE PERD….. OR, L’ACCORD DE PAIX DE LA CENCO, COMME TEXTE NORMATIF QUI EST DÉCIDÉ PAR LES GROUPES POLITIQUES LES PLUS REPRÉSENTATIFS DU PAYS, EST UNE CONVENTION. DONC, DANS L’ACTUELLE SITUATION EXCEPTIONNELLE DE LA RD CONGO, DANS LE TEMPS PRÉSENT, L’ACCORD DE PAIX DE LA CENCO EST AU DESSUS DE LA CONSTITUTION. DE PLUS, LES MANDATS DE KABILA ET DES DÉPUTÉS SONT EXTRÊMEMENT DIFFÉRENTS, SI CELUI DES DÉPUTÉS ET SÉNATEURS EST OUVERT, PAR CONTRE CELUI DE KABILA EST BIEN VERROUILLÉ DANS SES ÉCHÉANCES. AINSI, LA CONSTITUTION DÉTERMINE MÊMES LES DATES DES ÉCHÉANCES DU MANDAT DE KABILA. CE QUI N’EST PAS LE CAS POUR LES AUTRES MANDATS ÉLECTIFS DES DÉPUTÉS ET SÉNATEURS. MALHEUREUSEMENT, LES JOURNALISTES QUI ANIMENT CERTAINES EMISSIONS, SONT MAL INFORMÉS DANS LA COMPRÉHENSION DES TEXTES. CHERS AMIS, L’UDPS DOIT CONDUIRE LA LOCOMOTIVE DE LA TRANSITION, LE CHEMIN CONDUISANT LA RD CONGO VERS LES ELECTIONS, EST ENCORE LONG, TRES LONG MEME. . CAR, JOSEPH KABILA ET SON CLAN ONT UN AUTRE PLAN MACABRE CONTRE LA RD CONGO. REGARDEZ UN PEU, SI L’ÉCIDE A UN CANDIDAT C’EST FAYULU; L’UNC C’EST DIT-ON KAMHERE; LE MLC A PARFOIS KENGO WA DONDO; LE G7+L’AR ONT KATUMBI, L’UDPS VA PARTIR EN CONGRES POUR LE CHOIX DE SON PRESIDENT; MAIS OÙ EST LE CANDIDAT DU PPRD+LE PALU. POURQUOI KABILA NE DESIGNE T-IL PAS SON DAUPHIN ??? CONGOLAIS FONGOLA MISO…

  3. serge ndume Répondre

    belles analyses professeur, non politique…vous critiquez objectivement et en même temis vous donnez les pistes de solutions…