Dr Jean Michel Kayumba: La MP dresse le décor de la chute de Kabila –Tribune

A travers une tribune envoyée à ACTUALITE.CD, Jean-Michel Kayumba, médecin et directeur de l’ONG Hope For Africa Foundation, expose une analyse comparative entre la fin du regime de...

A travers une tribune envoyée à ACTUALITE.CD, Jean-Michel Kayumba, médecin et directeur de l’ONG Hope For Africa Foundation, expose une analyse comparative entre la fin du regime de Mobutu et le dernier mandat de Joseph Kabila.

Tribune.

La connaissance des événements historiques est nécessaire à la compréhension du présent et à la détermination de l’avenir ceci est d’autant vrai que pour en tirer les dividendes il est impératif dans le cas de la situation politique de la République Démocratique du Congo nous faisons recours à deux méthodes épistémologique de cette affirmation; notamment l’analogie ainsi que l’analyse extrapolarive.

Partant de l’analogie des parcours politique de deux Joseph (s) Joseph Desire Mobutu d’un côté ( 1965- 1997) et Joseph Kabila  ( 2001 – ? 2017)

MOBUTU et LES MOBUTISTES

Ce dernier a accéder au pouvoir avec le concours circonstanciel des événements et l’appui des occidentaux qui en ce moment là avait besoin d’un homme fort pour stopper la menace expansionniste du communisme , héritant une situation sécuritaires catastrophique avec des rébellions et sécessions avec l’appui de la même communauté internationale il mettra fin à ces rébellions réussit à réunifier le pays ce qui lui a valut la popularité et une légitimité tacite combiné avec un appui aveugle de l’occident il poursuivra une course acharnée vers un enrichissement personnel oubliant son peuple et la chute en enfer commença car il ne avait plus l’assentiment de la population dont il s’est lui même distancé jusqu’à être isolé mais pouvait encore compte sur ses amis  l’extérieur , Mobutu  comptait tant de amis par mis les grands dirigeants de ce monde, sinon tous, tant des soutiens par mis les plus puissants réseaux  et groupes d’intérêt qu’il entretenait très généreusement en ce moment il se disait invincible.

L’environnement geostrategique du monde lui a prit de court au point de ne pas s’adapter , il passait de “ GOOD GUY” ou “ OUR KIND OF GUY “ ou encore le garant de la stabilité de la région volatile de grands lacs en élément indésirable, PERSONA NON GRATA, dans tous les milieux il était devenu indésirable d’où un isolement diplomatique dont il ne se remettra jamais, il faut retenir que l’isolement diplomatique est une combinaison des événements circonstanciels et du lobbying agressif de l’union sacrée de l’opposition radicale ( USORAL)qui s’est mué à ce jours en rassemblement de l’opposition (RASSOP) dont certains animateurs de la défunte USORAL sont encore aujourd’hui vivant et même le leadership de l’actuelle RASSOP et comme dans le cas de la défunte USORAL est composé de DISSIDENTS du régime.

Ayant perdu l’appui de ses amis occidentaux qui lui exigé la libération de l’environnement politique et la poursuite des réformes de démocratisation qu’il à lui même initié lors de son discours d’avril 1990.

LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE

Malgré lui il donna le feu vert à la conférence nationale souveraine, malgré lui car c’était le seul organe ou il pouvait tirer une  certaine légitimité car toutes les institutions à l’époque était hors mandat , donc illégitime.

Plusieurs mois de manoeuvres dilatoires, de tergiversations et surtout de manque de volonté politique de membres de son régime  ( Les Mobutistes ) les casiques ignorant de façon cynique les souffrances du peuple, en montant des conflits meurtriers de toutes pièces, des divisions, discordes et dissidences au coup de billets de dollars parmi les opposants  ( diviser pour mieux régner ).

Sans savoir que ces manoeuvres dilatoires avait un effets boomerang car la souffrance de la population s’accentuer créant une situation socio-économiques intainable entretenu en grande partie par la rupture de la coopération avec les institutions de Bretton Woods ainsi que la rupture de coopérations bilatérales entre le Zaïre à l’époque et les pays de la troïka  ( France ,Belgique et USA) dont l’appui contribution au budget national était colossal d’où les répercussions sur le vécu quotidiens des citoyens notamment les militaires impayés et démoralisés.

Suites au multiples tergiversations du régime Mobutu à l’époque et de leur blocage au processus de démocratisation à travers les acquis de la conférence nationale souveraine qui pour rappel était encore une fois présider par un prélat catholique, les Mobutistes ont en fait couper l’arbre sur lequel ils devaient tirer leur légitimité il s’en est suivi une série des sanctions diplomatiques d’abord  vis à vis des proches du régime ensuite un gel des biens et finalement un isolement diplomatique total de Mobutu ( sans amis extérieurs et sans légitimité populaire ) Mobutu était devenu le chef d’état le plus vulnérable et faible au point qu’il à suffit d’une armée d’enfants en bottes en plastique noir pour mettre fin à son régime et à sa fuite éhonté vers le Togo d’abord chez son ancien ami Eyadema  mais toujours comme une pomme de terre chaude il a fallu des négociations pour obtenir l’asile de ses proches en Côte d’ivoire  et lui même au Maroc où il est aller mourir sans gloire et appauvri .

JOSEPH KABILA et LES KABILISTES

Encore qu’il ait existé un courant de pensée kabilisme cette appellation et ceux qui s’y réclame sont une aberration abrutissante.

Comme Mobutu, Joseph Kabila a prit le pouvoir dans une situation chaotique ou le pays était enfreint à des conflits partout, des rébellions partout, un état défaillant par définition.

Comme Mobutu il a eu immédiatement le soutien du monde entier , un homme conciliant, un chef d’armée  ( pour rappel comme Mobutu , Joseph Kabila était aussi le chef d’état majors de l armée avec des battalion  entier obéissant à ses ordre) Coïncidence ?

Comme Mobutu Joseph réussi par le moyens des négociations et conciliabules avec toujours l’appui de la communauté internationale à réunifier un pays déjà en partitions à travers les accords de Sun City où il a accepter le partage du pouvoir avec ses ennemis.

Il a réussi à relancer l’économie , à organiser les premières élections de la RDC depuis son indépendance, il a susciter des espoirs et à se faire une coalitions politiques et un parti politique implanter à travers tous le territoire national ( MPR = PPRD) un parti politique à configuration nébuleuses et dont la forces réside sur les contributions de l argent tirer du trésor publique exactement comme le MPR à la seule différence qu’il est seulement autorité morale pas membre car il compte beaucoup plus sur la Majorité Présidentielle MP pour une large assise .

Comme Joseph Mobutu, la descente aux enfers de Joseph Kabila commence quand il entame une course vertigineuse vers l’enrichissement personnel  ( lui, sa famille et ses accointances) il se déconnecte totalement des desiderata du peuples et s’isole.

L’ACCORD POLITIQUE DU CENTRE INTERDIOCESAIN dit L’ACCORD DU 31 DECEMBRE 2016

Le  deuxième et dernier mandat de Joseph Kabila devrait intervenir le 19 Décembre 2016, déjà en prévision de cette date fatidique à cause de manque de volonté politique d’organiser les élections dans le délai, des appels à des négociations politiques afin de trouver une solution concertée et consensuelle sur la crise en perspective.

La majorité présidentielle s’est évertue dans des manoeuvres dilatoires pendant des mois refusant d’aborder le vrai problème ( La crise de légitimité ) partant des élections contestée de 2011 pour finalement y accéder , un compromis politique à été trouver aboutir à une transition pacifique et une alternance pacifique .

 

Comme Mobutu son refus à entamer et consolider les acquis de la démocratisation et de l’alternance lui coûte des dissidences pas les moindres  ( son puissant conseiller en matière de sécurité Pierre LUMBI, son puissant gouverneur du Katanga et tant d’autres.

Ce qui est important à signaler c’est la perte de sa base politico-tribale du grand Katanga.

L’isolement diplomatique de Joseph Kabila

Comme Mobutu, tout ceux qui ont cru en lui comme garant de la stabilité de la région ont commencer peu à peu à se rendre compte qu’il devient même la personne qui risque à causes des manoeuvres dilatoires et subterfuges pour établir les jalons d’une alternance politique démocratique et pacifique en RDC constituer un danger pour la vie et le bien  être de ses compatriotes et surtout la stabilité de toute une région du monde la région de grands lacs .

Encore une fois la région de grands lac à été le théâtre des atrocités très récentes avec pertes en vies humaines dont aucune nation au monde n’aimerait expérimenter.

Tous les pays avoisinant sont lancer dans des réformes structurelles et économique qu’ils ne souhaiteraient pas être perturbé à causes des flux migratoire des réfugiés venant d’un pays en conflits RDC ( l Angola et le Congo Brazzaville ) sont sans ambiguïtés très clair à ce point et se sont distancer de Joseph Kabila.

L’expérience de la Gambie à travers une coopération régionale va bientôt être copier au niveau de la SADC.

Comme à l’époque de Mobutu les dissidents jusauiil n ya pas longtemps alliées de Joseph Kabila se sont rallier à l’opposition traditionnelle pour créé un contre poids le Rassemblement de L opposition et ont comme à l’époque de Mobutu entamer un lobbying efficace cherchant l’isolement diplomatique de Joseph Kabila la France, la Belgique , L’UNION EUROPÉENNE les USA .

Malgré les tournées très coûteuses du tout nouveau ministre des affaires etrangeres She Okitundu dont il fait signaler la vivacité et la créativité qui rivalise d’ardeur avec l’équipe Katumbi et le groupe de la société civile .

Ce scénario est vif dans la mémoire de tout congolais, le début de la chute du tout puissant Marechal Mobutu SESE SEKO KUKU GBENDU Joseph.

CONCLUSION

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous nous permettons d’établir cette analogie et à travers une analyse par extrapolation laisser libre arbitre aux lecteurs de tirer les conclusions, quant à ce qui nous concerne l’année 2017 c’est l’année du régime Kabila,il n’y a pas de coïncidence dans le monde métaphysique et le symbolisme le confirme ( Joseph Mobutu fin de reigne 1997, Joseph Kabila fin de reigne 2017) le symbolisme numérique ( Chiffre 7) .

 

 

In this article

Join the Conversation

Please copy the string RcES4Y to the field below:

17 comments

  1. DESIS Répondre

    Kabila n’est pas immortel. Son regime n’est pas non plus du milele na milele amen! Tout a une fin

  2. Francois Répondre

    Merci, Pour L’analyse Ns Attendons Juste L’application Sur La Dite Analyse Encore Une Fois Merci.

  3. Luis Répondre

    Texte publié avec beaucoup de fautes, certes pour faire passer le message mais un nettoyage par la rédaction est toujours indispensable. Merci

    1. Alphonse Répondre

      Même constat

    2. Unglaublich Répondre

      @luis, bien sûr, mais, votre commentaire est plus incompréhensible que la totalité de l’ article incriminé , car votre ponctuation laisse à désirer. À vouloir faire montre de votre érudition, il faut aussi maîtriser votre sujet. Salut.

    3. Bournik BKA Répondre

      ‘Texte publie avec beaucoup de fautes…’, mais l’essentiel est bien dit et passe, mon vieux!

  4. Ghis Répondre

    La bible dit que Dieu create le monde en 6 jour et seulement repository le 7eme jour. Kabila avait creer son monde de corruption, etc… et va se repouser a la fin de 2017. 7 est la fin de toute chose pour aller se reposer.

  5. Jean Baptiste Répondre

    Docteur Jean Michel,
    Je viens de vous lire votre analyse et très profond, en tant que Congolais et d’une bonne mémoire le parallélisme entre le régime de Mobutu et celui de Kabila les points se convergent.
    Je suis resté dans la soif de la conclusion surtout du chiffre 7 qui dit beaucoup sur le plan spirituel.

  6. joseph Répondre

    Vous les hommes de Dieu le Tout-Puissant (Pasteurs, Bishops, Apôtres Evêques, Prêtres , ….), vous ne voyez pas comment la RDC est entrain de chuter dans l’enfer ? qu’est-ce qui est écrit dans la Sainte Bible ? Faisons l’homme à notre image (l’image de Dieu). c’est dire nous sommes des dieux au minuscule.
    Dieu = AMOUR = MAPENDO

  7. Jean Kitenge-Kadima Répondre

    La comparaison n’est pas raison. Il ne faut pas aller avec des raisonnements simplistes de chiffre 7. On peut aussi faire la même chose avec Mobutu qui a pris le pouvoir avec le chiffre 5 ( 1965) et Kabila a pris le pouvoir avec le chiffre 1 (2001). Votre monde métaphysique et symbolisme sont plutôt basé sur votre désir ( souhait) que du réalisme politique. Il faut aller avec un débat de fond. La situation est différente ici à la CENCO qu’à la CNS, les contextes et les réalités ne sont pas pareilles.

  8. jeandedieu kahundu Répondre

    Tout début a un fin la bible dans ecclesiaste toute a son temps il ya le de régné et le temps de laisse Le pouvoir

  9. Patriote Répondre

    Belle analyse même s’ il y a trop de fautes d’orthographe.

  10. Algaponto Répondre

    Bullshit

  11. Jean Kashiya Répondre

    Bonne analyse.

  12. jp Répondre

    Comme Ngbanda,Il faut attaquer la bête st non le chasseur.@ Lui.

  13. SEFU Répondre

    OK pour l’analyse, même si le côté métaphysique me laisse indifférent .
    Les fautes d’orthographe sont à attribuer à la rédaction du site. Attendons
    un effort de ce coté là.

  14. Ali Répondre

    Le français n’est pas notre langue maternelle. Si quelqu’un est mecaniens. Pourquoi voulez-vous que tout le monde parle et écrit français sans faute? Quand je suis arrivé en Europe dans un pays non francophone. Je vite compris que c’était l’anglais qu’il fallait connaitre. L’analyse de mon frère est clair. Wait and see