Solange Ghonda: « Je ne suis pas venue parler du référendum en Belgique » (AUDIO)

La représentante du chef de l’Etat auprès du mouvement mondial en faveur des enfants au sein de l’UNICEF, Solange Ghonda, s’est défendu de n’entreprendre aucune démarche auprès d’une...

La représentante du chef de l’Etat auprès du mouvement mondial en faveur des enfants au sein de l’UNICEF, Solange Ghonda, s’est défendu de n’entreprendre aucune démarche auprès d’une quelconque partenaire de la RDC dans le but de soutenir l’idée d’un référendum en RDC tel qu’annoncé par Jeune Afrique le 28 janvier dernier.

Solange Ghonda assure œuvrer dans l’humanitaire et explique que sa présence en Belgique n’a aucun lien avec une quelconque démarche politique.

Vous êtes ambassadrice de l’UNICEF auprès du gouvernement congolais. A quoi consiste votre rôle auprès du gouvernement?

Ce n’est pas ça! Je suis représentante du chef de l’Etat auprès du mouvement mondial en faveur des enfants qui est un mouvement au sein de l’UNICEF. Donc, l’UNICEF a dix thèmes et demande à chaque ambassadeur d’y travailler, entre autres, éviter la guerre pour les enfants, investir dans les enfants, faire entendre la voix des enfants auprès du gouvernement, des privés, etc.

C’est l’UNICEF qui fait de vous ambassadrice auprès du président de la République ou plutôt le contraire?

De toute manière, ce qui est important ce qu’il y a un mouvement mondial en faveur des enfants et il y a des gens qui doivent animer ces mouvements là. Ce qui est important, c’est la mission de l’UNICEF, que les enfants se retrouvent toujours au milieu de grands débats, de grandes décisions parce que sans les enfants, on ne va pas développer le monde.

Quel est le but de votre séjour en Belgique?

Je suis venue à Bruxelles pour des raisons très personnelles. Je viens de perdre deux de mes tantes en l’espace de sept mois, victimes d’arrêt cardiaque. J’ai décidé de m’évader un peu du Congo et profiter de l’occasion pour apprendre les gestes qui sauvent, les premiers soins. Je suis venue me mettre à jour par rapport à ma formation. J’ai fait mes études secondaires aux USA et là bas, tous les enfants sont obligés d’apprendre à faire ce qu’on appelle CPR (cardio-pulmonaire respiration). Je suis venue ici pour suivre des formations sur ça. J’ai rencontré de grands médecins congolais, à ma grande surprise, qui ne font que ça. J’ai rencontré l’échevine d’Etterbeek (commune Bruxelloise) qui fait une grande campagne à Matonge et qui explique aux mamans ce qu’il faut faire. J’écris aussi des livres pour enfants. J’en ai donc aussi profité pour rencontrer mes éditeurs.

Selon Jeune Afrique, vous êtes ici en Belgique pour rencontrer les partenaires traditionnels de la RDC et tenter de les convaincre de la nécessité d’un référendum en RDC pour permettre notamment au président Kabila de rempiler pour un 3ème mandat…

Non! Jeune Afrique n’a pas parlé du 3ème mandat. Je ne veux pas que vous en rajoutiez parce qu’il y a trop de spéculation. Je suis très étonnée! Ça fait 15 ans que je suis ambassadrice des enfants. Je fais de grandes campagnes. J’ai fait la plus grande campagne contre le VIH/SIDA le 14 février pour la Saint-Valentin. Je suis surprise que dans beaucoup de forums, on parle de moi, de cette activité là. Ça donne beaucoup d’honneur à notre pays. Jeune Afrique n’en a jamais parlé. Je parle des maladies comme le « konzo », Jeune Afrique n’a jamais couvert mes activités humanitaires. J’étais malheureusement surprise, étonnée parce que chaque fois que je cours derrière les journalistes pour me soutenir, je n’ai jamais vu un seul journaliste de Jeune Afrique. J’étais choquée de lire que je suis venue en Belgique pour parler de la constitution congolaise. Le référendum se trouve dans toutes les constitutions et je ne vais pas venir en parler parce que ce n’est pas mon rôle. En tant qu’ambassadrice, je ne fais que des histoires humanitaires. Je suis surprise que Jeune Afrique me mette dans une situation pareille et me fasse sortir de mon rôle.

Mission secrète peut-être…

Quand je viens en Belgique, ce n’est pas un secret. Sur ma page Facebook il y a toutes les photos. Je ne me cache pas. Il n’y a pas de mission secrète. Je ne vois pas pourquoi je vais venir en parler ici en Belgique, eux ne votent pas pour le Congo. C’est le peuple congolais qui votent.

Interview réalisé par Jacques Kini (@jacqueskini)

Vous pouvez écouter l’intégralité de l’interview ici

In this article

Join the Conversation

Please copy the string NJhsIZ to the field below: