Gouvernement (en gestation): une soixantaine de membres dont 4 vice-premiers ministres et 5 ministres d’Etat

Samy Badibanga a quasiment bouclé ses consultations. Presque tous les cadors politiques ayant participé au dialogue politique de la Cité de l’Union africaine ont donné leurs avis. Le...

Samy Badibanga a quasiment bouclé ses consultations. Presque tous les cadors politiques ayant participé au dialogue politique de la Cité de l’Union africaine ont donné leurs avis. Le Premier ministre issu de l’accord politique du 18 octobre attend maintenant rencontré Joseph Kabila avec une proposition concrète d’une charpente du nouveau gouvernement.

Des informations parvenues à ACTUALITE.CD, on apprend qu’il s’agira d’un exécutif composé d’environ 64 membres dont quatre vice-premiers ministres et cinq ministres d’Etat, trente-six ministres et dix-huit vice-ministres. Des noms comme Evariste Boshab (PPRD), Pierre Kangudia (UNC), Luigi Gizenga (Palu), Michel Bongongo (UFC), Azarias Ruberwa (RCD), Madeleine Kalala (Société civile), Lambert Mende (CCU), Modeste Bahati (AFDC) et Raymond Tshibanda (ULDC) reviennent avec insistance comme futurs acteurs majeurs du prochain gouvernement. Une

Mais pourquoi ça traîne ?

Une source de la Majorité présidentielle qui s’est confiée exclusivement à ACTUALITE.CD croit savoir que si la composition du nouveau gouvernement n’est toujours pas connue, c’est parce que Joseph Kabila et sa famille politique attendent toujours un signe du Rassemblement.

« L’ouverture est toujours d’actualité. Voilà pourquoi on a élargi le gouvernement de 55 à 64 membres, c’est pour incorporer les membres du Rassemblement au gouvernement de Badibanga,» ajoute la même source.  

Pour sa part, le Rassemblement a tenu une réunion ce lundi 28 novembre 2016 à la résidence d’Etienne Tshisekedi pour aplanir les divergences au sujet du fameux document remis à la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) sur l’après 19 décembre. Le Rassemblement ne se contenterait pas d’une participation au gouvernement. La plateforme dirigée par Etienne Tshisekedi insiste sur la recomposition de la CENI et la gestion consensuelle d’appareils majeurs de l’Etat pendant la période transitoire, qui ne devrait pas dépasser 2017.

In this article

Join the Conversation

Please copy the string i7NNy1 to the field below:

3 comments

  1. Boniface M. Répondre

    Voici comme les mêmes Messieurs qui doivent revenir au nouveau de gouvernement Samy, cela montre comme les intérêts individuel dans les chef des partis politique Evariste Boshab (PPRD), Lambert Mende (CCU), Modeste Bahati (AFDC) et Raymond Tshibanda (ULDC), il ne y’a pas d’autres personnes du parti qui peuvent le remplace valablement. Vraiment le 19/12/2016 à 23h59′ c’est la fin de cet régime kabila selon la constitution. Le peuple est fatigué…

  2. Makutu Lidjo Répondre

    Est-il responsable d’avoir un gouvernement aussi éléphantesque en période de disette ? C’est triste pour notre pays. Des acteurs politiques congolais aussi irresponsables les uns que les autres.

  3. fleury Répondre

    bande des voleurs ils pensent qu’a leurs propres interets, ce pas normale, un gouvernement avec 64 membres avec quel argent tous ces ministres seront payés!!!? ils n’aiment pas le pays, participer au dialogue signifie poste ministeriel? si c’etais pour eviter le chaos et l’amour du pays pourquoi reclamer un poste en retour??? des vautours pret a piller